« Le problème financier n’est pas le seul blocage de l’évolution de la femme »,estime Malicka MUKUBU lors d’une interview

IMG-20240329-WA0021

Partager:

Elle n’a pas manqué des réponses à donner à la problématique liée à l’investissement en faveur des femmes pendant ce mois de Mars 2024, dédié comme chaque année à la célébration des droits des femmes dans le monde.

Le mardi 26 mars 2024, Malicka MUKUBU, femme entrepreneure et PCA de l’Office National du Tourisme, de passage sur le média Radio Okapi émettant dépuis Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, a répondu à la question de savoir ‹‹comment investir plus en faveur des  femmes ? ››

Rassurée et convaincue du rôle important que peut incarner une femme dans le développement de la société, Malicka MUKUBU, la première femme du Collectif Vision Congo ( CVC ), a mis au premier plan les atouts d’une femme avant de répondre directement à la manière dont les banques et les associations devraient investir dans la gent féminine.

« La femme est une gestionnaire innée. Investir en elle, c’est comme lui donner du citron, elle vous en fait un déodorant, une tarte, une limonade, elle vous fait plusieurs choses.  Le commun de mortel doit comprendre qu’investir en la femme est une bonne chose », a -t-elle dit.

Par ailleurs, elle a souligné le fait qu’il est sans doute important de savoir où de reconnaître que l’accès au financement ou aux subventions est très difficile pour les femmes en République Démocratique du Congo.

Consciente de cette difficulté, Malicka MUKUBU a pris soin de présenter à l’opinion, la stratégie intelligente à adopter pour mieux investir en la femme. Selon elle, le meilleur investissement en faveur des femmes ne devrait pas être seulement l’argent mais plutôt l’éducation.

« Il ne faudrait pas seulement voir le problème financier comme étant un défi ou un blocage par rapport à l’évolution de la femme. L’investissement n’est pas que financier. Car Vous pouvez donner 1000$ à une femme aujourd’hui mais qui ne saura pas quoi faire exactement avec cela, pourquoi ? Parce que cette femme n’a pas encore découvert ses capacités, ni ses potentialités, d’où elle ne saura pas faire bon usage de cet argent.  D’où investir dans l’éducation de la jeune fille d’abord au niveau scolaire puis en société est nécessaire pour la développer »,a-t-elle précisé.

Pour appuyer son hypothèse, Malicka MUKUBU a continué son speech en soulignant que la bonne éducation peut vaincre la peur qui est un élément qui retient plusieurs femmes dans la pauvreté :

« Très souvent, les femmes ont peur de se lancer, d’embrasser ou de travailler comme il se doit à la réalisation de leur rêve, d’où j’insiste que la problématique de l’éducation doit reposer au centre des préoccupations lorsqu’il faut parler de facteurs à mettre en place pour investir en faveur de la femme aujourd’hui », a -t-elle conclu son intervention.

Aggée CHUGA

Mots clés :

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin