VSBG : A quand la construction des maisons d’accueil pour les femmes et les enfants victimes des violences à Kinshasa??

Une maison d’accueil des Victimes, est un refuge pour un hébergement d’urgences, qui offre l’écoute, l’aide, des conseils et en leur proposant un large accompagnement (services sociaux, avocats, soins…), etc. 

Alors que la République Démocratique du Congo célèbre aussi la journée internationale pour l’élimination de toutes formes des violences faites à la femme, la rédaction du premier média des femmes POURELLE.INFO s’interroge sur la situation de l’hebergement des femmes et des enfants victimes des violences. 

Mais avec  une superficie de 60 000 ha, soit 600 km2 avec une population estimée à 15 628 000 hab, cette année, dont 52 % sont des femmes, la Ville de Kinshasa, capitale de la RDC n’a pas une maison d’accueil pour les femmes victimes des violences sexuelles basées sur le Genre.

Les femmes victimes ne savent pas où fuir les violences pour sauver leurs peaux, mais aussi pour mieux dénoncer leurs bourreaux. C’est ce qui serait à la base du silence de beaucoup des victimes à Kinshasa. 

Témoignages donnés par deux victimes, qui ont requis l’anonymat. 

« Je suis tabassée tous les jours, surtout quand mon conjoint rentre ivre. Malheureusement pour moi, je ne sais pas fuir. A chaque fois que j’y pense, je me demande où irais-je me cacher? Ma famille ne va pas me croire », temoigne l’une d’entre elles.

Une autre jeune fille venant du bandundu victime de l’abus de son oncle nous révèle les mêmes difficultés. Elle a laissé entendre qu’elle ne connaît pas d’autres membres de leur famille ici dans la capitale, si elle prend le courage de fuir, c’est pour se retrouver dans la rue, un autre terrain encore plus miné qui va tout lui imposer. Alors, elle préfère souffrir dans le silence. 

Bien que les différentes organisations non gouvernementales comme Afia mama et autre

s’activent à prendre en charge les victimes sur le plan juridique, sanitaire et psychologique, mais ne savent pas offrirent aux victimes, une demeure momentanément. Quelques-unes tentent tout de même de s’organiser. A titre illustratif on peut citer l’Ong SOFEPADI à l’Est de la RDC mais aussi l’hôpital de Panzi du célèbre Denis Mukwege.

L’engagement du Gouvernement congolais en faveur des droits des femmes, 

l’oblige à protéger les victimes à tout prix, en construisant des maisons d’accueil dans la Ville de Kinshasa, mais aussi dans chaque province mieux dans chaque territoire. 

Fort est de constater que rien n’est fait dans ce sens jusqu’à ce jour. Cette question n’intéresse-t-elle pas le Ministère du Genre, famille et enfants? Est-ce un manque de volonté? ou bien Il y a-t-il un projet dans ce sens mais qui traîne dans les tiroirs? Nous avons tenté d’avoir ces réponses au Ministère de tutelle, mais sans suite favorable.

Et pourtant, la construction des Maisons des Femmes est une réponse globale à un problème social, à un besoin manifeste et urgent afin d’apporter une solution concrète à un problème endémique et systémique. 

Le Gouvernement Congolais doit vraiment y penser. 

Les femmes victimes ont besoin d’un hébergement, un endroit sûr qui va assurer leur sécurité physique, et d’orientation, en attendant l’aboutissement du procès, ou pour se restaurer après des traumatismes.

Ceci doit être classé parmi les priorités des priorités du Ministère du Genre, famille et enfants. Qui vivra verra.

MMK

Partager via :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
Email
Imprimer
Lire aussi :

Laisser un commentaire

Accédez à POURELLE TV

50 Femmes qui inspirent: 4e Edition

Echo des Provinces

Inongo – Province de Maï Ndombe: Une embarcation échoue et cause 9 morts et  115 rescapés

People & Célébrités

Education Template