Violence domestique : Les jeunes de Habari RDC s’interrogent sur la nécessité d’une loi spécifique contre la violence domestique

« Ces Congolaises qui osent » est un espace de dialogue entre les décideurs politiques, les parlementaires, les leaders religieux et communautaires face aux jeunes pour briser  le tabou autour des sujets liées à la femme, initié par Habari RDC. 

La question d’une loi spécifique sur la violence domestique était au centre de la journée d’échanges organisé ce weekend.

Cet espace avait pour but d’échanger sur les notions et les formes des violences domestiques dont les femmes et les jeunes sont victimes. Mais aussi pour formuler des recommandations aux autorités tant nationales que provinciales afin de modifier la loi sur les violences sexuelles en y insérant les dispositions contre les violences domestiques en RD Congo. 

Cette journée d’échange a tourné autour du thème : « Covid-19 : la nécessité ou non d’une loi contre les violences domestiques en RDC », suite au nombre de violences enregistrées pendant le confinement à Kinshasa. 

C’est dans ce cadre que Habari RDC avec l’accompagnement technique d’Internews et le financement de l’Agence suédoise de Coopération internationale au développement (SIDA) organise des conférences débats dans 6 provinces du pays.

Au cours de cette rencontre, la première intervenante a présenté les différentes formes de violences domestiques. 

Maguy Mbuku Muzembe a également martelé sur les quelques notions liées à la violence domestique, une forme de violence de fois négligée par la société.

Elle a parlé de 5 formes de violences domestiques : la violence verbale, psychologique, économique, physique et sexuelle. 

Pour elle, le grand travail, c’est de sensibiliser davantage  les victimes qui ne s’ouvrent pas pour dénoncer ce qu’elles subissent.

Le deuxième intervenant Vaillant Weza champion de la Masculinité positive de la Monusco s’est focalisé sur la nécessité d’avoir une loi contre les violences domestiques dont le nombre de cas enregistrés ne fait qu’augmenter. 

Pour lui, une loi ferait l’affaire à condition que les sanctions soient à la hauteur des crimes. 

Lors de jeu des question reponses entre les jeunes de Habari RDC et les orateurs du jour, il a été relevé que la violence domestique ne touche pas que les femmes mais aussi les hommes. 

Ces jeunes hommes et femmes estiment qu’une loi est la bienvenue, mais son application doit être prompt. 

Ils espèrent que les parlementaires vont s’activer pour répondre à ce plaidoyer.

Dave Ngonde

Partager via :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
Email
Imprimer
Lire aussi :

Laisser un commentaire

Accédez à POURELLE TV

50 Femmes qui inspirent: 4e Edition

Echo des Provinces

Inongo – Province de Maï Ndombe: Une embarcation échoue et cause 9 morts et  115 rescapés

People & Célébrités

Education Template