Afriland – Lengela Kelasi
Afriland – Sara

Véritable star des réseaux sociaux : Voici le portrait de Eudoxie Yao, l’ivoirienne aux formes corporelles très particulières

Elle est une véritable célébrité sur les réseaux sociaux. Elle est suivie par plus de 2 millions de fans sur Facebook et 1,6 millions sur Instagram. Sa popularité fait d’elle la 2e Ouest-Africaine la plus populaire sur internet après la Malienne Diaba Sora. Elle c’est Eudoxie Yao, célèbre influenceuse sur les réseaux sociaux. Mais qui est elle vraiment ? La rédaction de pourelle.info a braqué ses projecteurs sur cette belle femme aux formes corporelles très particulières.

Eudoxie Yao s’est révélée au grand public par la force de ses formes généreuses et surtout à son postérieur gigantesque qui fait d’elle, sur les réseaux sociaux comme dans son entourage, une véritable Vénus hottentote des temps modernes. Mais il faut savoir qu’avant d’être la star friquée qu’elle est aujourd’hui, Eudoxie Yao, est une femme dont la vie n’a pas toujours été rose, mais qui, contre toute attente, a su se faire une place au soleil.

De son vrai nom Yao Louise Eudoxie, cette ivoirienne de nationalité, est née à Adjamé, une commune d’Abidjan, le 14e jour du mois de Juin ( l’année exacte de sa naissance demeure un mystère ), d’une mère infirmière d’État et d’un défunt père expert-comptable.

Toutefois, c’est à Yopougon, un quartier populaire de la capitale de Côte d’Ivoire, qu’elle va passer le plus clair de son enfance. D’un naturel très réservé et timide lorsqu’elle était enfant, Eudoxie Yao confie avoir eu du mal à s’intégrer dans la masse. Pour cause, les autres enfants la trouvaient beaucoup plus âgée et plus développée qu’eux. En effet, à l’âge de neuf ans, elle avait déjà connu ses premières règles et présentait une poitrine plus envoûtantes. Ses difficultés d’insertion sociale ne l’ont guère empêchées d’entamer un cursus scolaire qui, s’il n’est pas brillant, reste tout de même louable vue qu’elle n’y met fin qu’en classe de seconde ( 5e année du secondaire, dans le système éducatif belge ).

À la suite de cela, elle se lance dans l’esthétique et les soins de beauté qui s’avèrent être sa plus grande passion mis à part l’art et la musique. D’ailleurs, elle avoue avoir toujours voulu être une star, à l’image de son idole de tous les temps Kim Kardashian. Cela dit, si Kim Kardashian doit sa renommée à sa famille et la télé réalité, l’Ivoirienne aux courbes généreuses, elle, la doit justement à ses courbes, ses fesses, qui sont d’un calibre extraordinaire.

L’opinion publique a souvent tendance à attribuer ses courbes aux prodiges de la chirurgie esthétique, mais la star ivoirienne assure qu’elles sont bien naturelles. Et c’est grâce à cet atout si particulier qu’elle a su charmer plus d’un et se créer une communauté sur les réseaux qui s’évalue aujourd’hui en million d’abonnés sur Facebook et Instagram. 

Eudoxie Yao a également eu un parcours dans la musique. Récemment, elle s’est lancée dans une carrière musicale qui lui réussit bien jusqu’ici grâce notamment au succès de son single “Never give up” dans lequel elle y raconte l’histoire d’une jeune femme qui, malgré les péripéties et les difficultés de la vie, n’a jamais abandonné ses rêves, ce qui lui a valu de les réaliser un beau jour. 

Cependant, Eudoxie Yao reconnait n’avoir pas vraiment des prédispositions concernant la musique, même si elle adore en écouter. C’est surtout les encouragements d’un bon nombre de personnes qui ont décelé en elle des potentiels musicaux à exploiter. Cette dernière a fait savoir qu’elle n’a aucun regret à le faire puisque sa carrière a bien commencé et elle compte continuer avec la musique si son prochain single connait également un franc succès.

Du côté vie sentimentale, Eudoxie Yao fait savoir qu’elle a souvent souffert d’avoir des courbes trop voluptueuses car les hommes sont plus intéressés par ses formes corporelles particulières que par elle-même. En conséquence, elle s’est souvent retrouvée délaissée et abandonnée par les hommes lorsque ceux-ci ‹‹ finissaient de l’explorer totalement››. Elle garde particulièrement le triste souvenir d’une relation où après huit ans de vie commune, son homme l’a abandonnée :

« L’homme avec qui j’ai passé plus de huit ans de ma vie m’a laissé tomber. Ça a été un vrai choc pour moi, à tel point que je n’ai plus voulu d’homme dans ma vie pendant un an et demie », raconte-t-elle.

Elle garde vivement des souvenirs de cet épisode de sa vie du fait qu’elle a eu un enfant avec cet homme, progéniture qui est âgé aujourd’hui de neuf ans. Depuis sa transformation, Eudoxie Yao attise la convoitise de tous les hommes, notamment de ceux qui ont les moyens financiers. Ainsi, elle confie sans détour être draguée tout le temps et aurait eu des ‹‹ aventures amoureuses ›› avec des ministres, des DG, des joueurs, des Européens, des hommes d’affaires, des Libanais et autres. Et ces relations quelques peu révoltantes sont d’un mauvais goût pour l’opinion publique qui la traite de prostituée, ce que réfute totalement la star ivoirienne qui ne voit pas les choses sous cet angle.

Eudoxie Yao a vécu notamment une relation amoureuse avec l’artiste guinéen Grand P. Leur relation a été diversement interprétée par la toile. Certains ont trouvé cela normal, d’autres par contre l’ont trouvée  inappropriée du fait que, Grand P, à cause de sa maladie particulière, la progéria, est défavorisé en terme de taille et de beauté. Il a cependant une fortune évaluée en millions de francs CFA. Pour ces internautes c’est la richesse de Grand P qui a convaincu Eudoxie d’accepter les avances de celui-ci.

Ainsi donc, Eudoxie Yao a réussi à se créer une vie pimentée qui la rend heureuse. On retiendra qu’elle a eu une vie difficile qui l’a déçue de nombreuses fois, mais qu’elle a toujours su se relever pour accomplir ses rêves. Eudoxie Yao, souvent appelée la fesse ou la bimbo ivoirienne mesure environ 1m 52 avec un poids de 95 kg, issus des gènes parentaux et non de la chirurgie esthétique ou plastique, insiste-t-elle. Elle fait savoir qu’elle n’envisage en aucun cas faire un quelconque régime.

‹‹ Je n’ai jamais eu recours à la chirurgie esthétique. Jamais de la vie. J’ai toujours été comme ça. Et les fesses de ma sœur aînée sont plus grosses que les miennes. Ça a toujours été naturel dans ma famille ››, a-t-elle clamé.

Loin d’être un fardeau ou une honte pour elle, Eudoxie exhibe plutôt son potentiel avec joie. Avec des jeans moulants, des robes en lycra et de minuscules shorts, elle estime n’avoir aucune idée de sa forme et n’a d’ailleurs pas envie de le savoir. La bimbo indique qu’elle n’aime pas des vêtements trop grands mais petits, extensibles et moulants.

Dave Ngonde

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

Interviews

Actu d'Ailleurs

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières