Le “Collectif des Ministres du Genre féminin des universités et instituts supérieurs de la RDC” sensibilise les filles sur le “Leadership Féminin”

IMG-20220426-WA0010

Partager:

C’est à travers une conférence organisée le samedi 23 Avril 2022 au sein du spacieux cadre de l’amphithéâtre de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées, ISTA, que la structure « le Collectif des Ministres du Genre Féminin de différents universités et instituts supérieurs de la RDC » a sensibilisé les filles et femmes de la ville de Kinshasa sur la notion du leadership féminin.

Des femmes leaders, invitées comme Intervenantes, ont partagé leurs expériences ainsi que leur savoir, autour du thème de cette conférence “honneur au leadership’’.

L’activité a d’abord débuté par le mot de circonstance du coordonnateur de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées, puis la première intervenante Norah Pindi, présidente d’une structure des architectes, qui a interpellé la conscience des femmes et leur a demandé de s’interroger sur les stéréotypes de la société :

‹‹ La femme doit célébrer ses réussites, alimenter ses propres expériences professionnelles, rester focus sur ses objectifs quels que soient les vents et marées et savoir qu’elle ne peut plaire à tout le monde; elle doit se former en permanence, étudier ce qu’elle veut vraiment, s’y mettre, développer sa tenue, son charisme et enfin, travailler la confiance en soi ››, a dit Norah Pindi.

Chantal Faida a elle, demandé aux femmes de se baser sur la constitution de la RDC qui est un atout favorable pour la femme, car étant un contrat social évitant la discrimination : ‹‹ Nous devons nous aussi Changer notre pays et non attendre seulement que les hommes le fassent ››, a martelé Chantal faida.

Joelle Mbamba, présidente de l’Association Internationale des Femmes Avocates, a donné une lumière de plus sur ce. Elle a incité la femme à se revêtir du leadership et à le mener à bien :

‹‹ Un leader est semblable au « pouce », sans celui-ci un objet ne peut être tenue par la main. Pour dire que leader est la tête, il faut son implication pour que tout fonctionne, il conduit les autres et travaille avec eux. Le leadership existe pour donner des repères à la société, la femme doit se faire des repères pour se faire elle-même repère, elle doit avoir une vision, faire tout le travail que font ceux qui sont sous sa supervision et le faire mieux qu’eux ››.

D’autres femmes sont également intervenues décortiquant le même sujet. Sarah Tshibangu a clôturé les interventions en évoquant la jeunesse féminine d’antan qui depuis des siècles a été maltraitée, humiliée mais aujourd’hui elle peut se défendre, à travers sa connaissance des droits ainsi que la possibilité de transformer ce vieux model de la société en apportant quelque chose de nouveau. “La femme ne doit pas souhaiter se mettre en compétition avec les hommes autour d’elle, mais plutôt les aider et les soutenir à mettre en avant la société” a-t-elle précisé.

S’en est suivi un échange entre participants et intervenantes, ensuite une remise de diplômes d’excellence aux intervenantes. Il y a également eu la présentation des membres du collectif des ministres du genre féminin, organisateur de cette grande activité qui a réuni plusieurs personnalités dans le but d’apporter un éveil de conscience à la femme congolaise qui est un leader dont la société a besoin pour son avancement et son changement.

Précieuse Boyo

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template