J.Lusenge et H.Janssen ont célébré dans la conscientisation des mères et filles, la JM de l’hygiène menstruelle

Celà a eu lieu à Kinshasa le 28 mai dernier, à l’espace Texaf Bilembo. La rencontre organisée par Hendrika Janssen DG et fondatrice de la société « Mwasi Coupe » en partenariat avec Julienne Lusenge, activiste et ambasadrice gestion de l’hygiène menstruelle, qui lutte contre la précarité menstruelle.

L’activité a débuté par le mot de bienvenue de la modératrice qui a donné les raisons de la célébration de cette journée.
Ensuite la marraine de la journée Julienne Lusenge a fait savoir à l’assistance que les menstruations font partie du fonctionnement biologique et naturel de la femme, et donc il faut en parler sans tabou ni contraintes aux enfants.

‹‹ l’hygiène menstruelle est une éducation que les mamans doivent transmettre à leurs jeunes enfants déjà entre 12 à 15 ans, question de les conscientiser sur l’importance de la proprété pendant les périodes de menstrues pour une bonne santé menstruelle. Les questions de l’hygiène menstruelle doivent concerner tout le monde, les femmes et les hommes. Les femmes pour bien se tenir pendant leurs menstrues, les hommes pour leur permettre à accompagner leurs conjointes dans la planification familiale ››, a dit Julienne Lusenge.

Pour l’ambassadrice congolaise de l’hygiène menstruelle, les femmes doivent veiller à leurs hygiennes pendant les menstruations et après les menstruations en utilisant les bandes hygièniques de bonne qualité, qu’ils s’agissent de bandes reutisables ou non , elles doivent être bien propre, après avoir nettoyé, il faut les sécher avec un séchoir propre au Soleil et repasser si c’est en tissus de cotton.

‹‹ Pour les bandes reutisables il faut bien les nettoyer et garder après usage. Pour les non reutisables après usage, faut pas les jeter n’importe où, il faut les nettoyer, les sécher et les brûler ››, explique-t-elle.

Julienne Lusenge a fait savoir en outre que la problematique qui se pose au sein de la société congolaise est l’inaccessibilité aux kits car certaines femmes par manque de moyens n’arrivent pas à s’acheter des bons kits. C’est pourquoi elle et plusieurs femmes membres d’autres structures présentes dans la salle ont demandé aux autorités administratives présentes de penser à la réduction des taxes d’importations des kits hygièniques, à l’exonération ou encore à soutenir la production locale, cela pourrait réduire le coup d’accessibilité aux kits hygièniques.

Pour vous faire une idée, 1 fille sur 2 soit 51% utilise habituellement une pièce déchirée d’un vêtement comme protection hygiènique. 47% des filles de Kinshasa ont mentionné le prix comme raison de non utilisation des serviettes hygiéniques. 78% de tutrices dans le Haut-Katanga déclarent que les produits d’hygiène menstruelle sont difficiles à trouver. 31% des élèves à Kinshasa disent que les règles à l’école posent une barrière car ‹‹ se laver ou changer de protection à l’école pose problème ››.

Hendrika Janseen fondatrice de la société « Mwasi Coupe » a fait savoir que la précarité menstruelle a été le leitmotiv de cette organisation. Elle souhaite que tous les acteurs du secteur de l’hygiène menstruelle regardent dans la même direction et se réunissent pour parler des défis qu’il y a dans ce secteur. ‹‹ Ensemble nous sommes plus forts ››, a-t-elle dit.

Hendrika dit continuer à commercialiser les coupes menstruelles dans l’avenir, notamment dans des collaborations avec le gouvernement mais aussi dans le sens des dons pour les femmes en difficultés financières.

Durant l’activité, plusieurs femmes sont intervenues sur le podium pour évoquer cette problématique et parler des produits d’hygiène menstruelle qu’elles mettent à la disposition des Kinoises.

Tout cela a eu lieu devant de nombreux officiels tels que les représentants des ministères du Genre et celui de la Jeunesse, les ambassadeurs de la Belgique, de la Suède, une représentante de l’Union Européenne et bien d’autres.

Dave Ngonde

Lire aussi

Laisser un commentaire

To Makeupé
Affiche Tumile Pomoja
Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières