Confirmation de Dénis Kadima à la tête de la CENI : Gisèle Tshilengi félicite Félix Tshisekedi pour cette avancée

Le Président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi a signé le vendredi 22 octobre 2021 une ordonnance qui investit les membres du nouveau bureau de la CENI, ceci après entérinement de Dénis Kadima comme nouveau président de la centrale électorale en remplacement de Corneille Naanga.

Interrogée sur cette question ce lundi 25 octobre 2021, Gisèle Tshilengi, femme leader et politique félicite le Chef de l’État Félix Tshisekedi pour cette avancée malgré les caprices des uns et des autres, car selon elle, les chefs des confessions religieuses ont beaucoup pataugé.

‹‹ Si sur 8 confessions religieuses, 6 ont accepté Denis Kadima, je pense qu’il n’y a pas à hésiter car en démocratie c’est la majorité qui prime. On a laissé aux confessions religieuses le temps de discuter mais il y avait toujours un blocage. Et donc il fallait avancer, et sur ce je félicite le Chef de l’État d’avoir investi le bureau Kadima qui doit vite se mettre au travail ››, a dit Gisèle Tshilengi toute satisfaite.

Concernant la nomination de Isabelle Tshombe et Marie Ndjeka aux postes des ambassadrices extraordinaires et plénipotentiaires de la RDC en France et aux Émirats Arabes Unis, Gisèle Tshilengi salue cette nouvelle promotion de la gente féminine de la part de Félix Tshisekedi.

‹‹ Félix Tshisekedi c’est l’homme qu’il faut pour la gent féminine, c’est le président qui tient compte du pourcentage des femmes dans les postes à décision et c’est encourageant. Je le félicite d’avoir mis deux dames à ce poste. C’est vrai qu’on aimerait avoir plus mais c’est déjà une grande avancée. À cette allure je pense qu’il y aura équilibre d’ici à 2030 ››, a dit Gisèle Tshilengi.

Actualité oblige, le procès Matata Ponyo ouvert ce lundi 25 octobre et renvoyé au 8 novembre a été aussi évoqué avec la femme leader et politique, Gisèle Tshilengi. Elle a dit être contente de l’ouverture de ce procès et demande à l’accusé d’être animé de bonne foi pour éclairer la justice telle qu’il l’a été à son retour de Conakry. Que cela ne soit pas interprété comme une attaque contre sa personne.

‹‹ Toute personne qui a trempé dans le détournement des deniers publics doit passer par la case justice. Et c’est ce qu’on appelle l’État de Droit. Arrêter tout le monde sans distinction de classe sociale. Je suis satisfaite de l’ouverture de ce procès qui pour moi n’est pas du tout un règlement de compte comme on l’entend. Cela donne au sénateur Matata Ponyo l’occasion de nous prouver son innocence ››, a-t-elle conclu.

Dave Ngonde

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

Affiche Tumile Pomoja
Anny Modi : Mobundeli ya basi
Julienne Lusenge – Mosungi ya Basi

Interviews

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières