Afriland – Lengela Kelasi
Afriland – Sara

Rétrospective 2021 dans le monde : Voici les femmes qui ont impacté la planète en cette année qui s’achève

Elles ont été inspirantes, engagées, lanceuses d’alerte ou encore pionnières dans leurs domaines de travail. Elles ont marqué l’année 2021 par leurs exploits, leur courage et leur engagement au péril parfois de leur Vie. 

Le média des femmes pourelle.info a sélectionné les figures féminines qui ont marqué l’année 2021 dans le monde. Voici leurs noms et actes posés : 

Les courageuses femmes Afghanes face aux Talibans

Nous sommes en Fin août 2021, les Taliban ont repris le pouvoir en Afghanistan après la chute de Kaboul. Malgré les risques, dans les mois qui ont suivi, des dizaines d’Afghanes ont défilé dans plusieurs grandes villes du pays, réclamant leur droit à l’éducation, au travail et à la représentativité politique.

Arrestations et intimidations s’en sont suivis. Le 5 novembre 2021, les corps criblés de balles de quatre militantes ont été retrouvés dans une fosse de Mazar-i-Sharif, situé dans le nord du pays. Parmi ces victimes figurait Forouzan Safi, une militante des droits des femmes très active dans le pays et dans les manifestations organisées dans cette ville.

Si les Taliban se sont engagés à gouverner moins brutalement que dans les années 1990, les femmes sont toujours largement exclues de la fonction publique, de l’accès à l’éducation secondaire et elles risquent des représailles si elles sortent dans l’espace public sans être accompagnées par un tuteur masculin. Les Afghanes sont aussi les premières victimes de la crise économique qui frappe leurs pays, désormais isolé sur le plan international. Des journalistes de France 24 ont rapporté des cas de “ventes de fillettes par leurs mères pour subvenir aux besoins du reste de la famille.”

Najla Bouden

Elle est entrée dans l’histoire de son pays la Tunisie ainsi que du monde arabe. Najla Bouden est la première femme à la tête d’un gouvernement dans un pays arabe. Inconnue du grand public, mais maintenant connue dans le monde politique, la Tunisienne a été nommée Premier ministre de la Tunisie par le Président Kaïs Saïed en fin septembre 2021, à la surprise générale. Jamais une femme n’avait occupé ce poste dans le pays, ni dans le monde arabe.

Née en 1958, cette scientifique de formation, docteure en géologie, a été chargée de mission, puis Directrice Générale au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Avant sa nomination, elle était chargée d’un projet de réforme universitaire.

Frances Haugen

Elle a fait trembler Facebook en 2021. Frances Haugen, ingénieure Scientifique des données et gestionnaire de projets, est une ancienne employée de Facebook. Le monde l’a découvert le 3 octobre 2021. Cette femme de 37 ans, ancienne membre d’une équipe dédiée à l’intégrité civique au sein du groupe de Mark Zuckerberg, a récolté des milliers de documents internes avant de quitter l’entreprise Facebook en Mai 2021.

Frances Haugen a décidé de partager ces documents pour faire comprendre que Facebook peut être aussi dangereux que bienfaisant et qu’il doit en conséquence être bridé, ce qui fait d’elle une lanceuse d’alerte. Depuis, cette ex-ingénieure de la Silicone Valley parcourt le monde, de plateaux en parlements, de Washington à Bruxelles, pour livrer son témoignage accablant sur les choix de Facebook.

Katalin Kariko, mère des vaccins à ARN messager

Elle a sauvé des milliers de vie grâce à ses travaux pionniers sur les vaccins à ARN messager. Katalin Kariko a contribué au perfectionnement de la technologie dite de l’ARN messager​, ce qui a permis la mise au point des vaccins de Pfizer et Moderna pour lutter contre le Covid-19.

Cette biochimiste d’origine hongroise n’a pas toujours été reconnue. Dans les années 1990, alors qu’elle travaillait aux États-Unis, ses demandes de financement ont été plusieurs fois rejetées. La communauté scientifique s’intéressait davantage aux recherches sur l’ADN et à la thérapie génique. Si elle n’a pas obtenu le Prix Nobel cette année, Katalin Kariko a été récompensée en octobre 2021 par la Fondation L’Oréal et l’Unesco pour les Femmes et la Science.

Maria Ressa, pilier de la liberté de la presse aux Philippines

Actuellement en liberté conditionnelle, la journaliste Maria Ressa, 58 ans, attend son jugement en appel après une condamnation pour diffamation dans son pays, les Philippines. Le monde a découvert son combat pour la liberté de la presse en octobre 2021, lorsqu’elle a été désignée Nobel de la paix 2021. Un prix qu’elle a partagé avec le journaliste russe Dmitri Mouratov.

Aux manettes de Rappler, son site d’information très critique envers le président des Philippines Rodrigo Duterte, Maria Ressa travaille sur le sujet sensible de la guerre contre la drogue aux Philippines. Dans cet État d’Asie du Sud-Est, le dirigeant Duterte s’est lancé dans une très violente lutte contre les stupéfiants, au nom de laquelle des milliers de personnes ont été exécutées par des « escadrons de la mort ». “Rappler” fait partie des rares médias qui ont publié les images choquantes de ces exécutions et ont interrogé les fondements légaux d’une telle opération.

Maria Ressa a dû demander à 4 tribunaux la permission d’aller chercher son prix Nobel en personne à Oslo en décembre 2021, avant de retourner aux Philippines. Malgré que les pressions continuent, Maria Ressa, qui possède aussi la nationalité américaine, tient à rester dans son pays d’origine pour continuer à y exercer son métier et informer le monde.

Angela Merkel dit au-revoir  au monde politique

La plus célèbre des femmes politiques européennes a quitté son poste de chancelière en décembre 2021 après plus de 16 ans comme cheffe de gouvernement en Allemagne. Cette dernière a cédé sa place de chancelière au socio-démocrate Olaf Scholz. Angela Merkel quitte le monde de la politique avec une popularité toujours au sommet.

Connue pour sa sobriété, sa fermeté et sa force tranquille, celle que les Allemands ont  surnommé « Mutti » (maman), a déployé son leadership sans crier gare jusqu’à devenir une figure de référence incontournable de l’Europe. À peine partie,IL se fait déjà sentir en Allemagne un vent de “Merkel nostalgie” auprès des jeunes de la “génération Merkel”, qui l’ont vue au pouvoir depuis 2005.  

Joséphine Baker, une icône de la liberté au Panthéon

Quarante-six ans après sa mort, la Franco-américaine aux multiples facettes continue à faire parler d’elle. Le 30 novembre 2021, Joséphine Baker devient la première femme noire à intégrer le Panthéon, où elle a rejoint les « Grands Hommes ››. 

Danseuse, chanteuse, actrice, résistante, militante antiraciste… elle est devenue le symbole de la femme libre et engagée. Née américaine, Joséphine Baker rejoint la France en 1925, où elle fait carrière. La star s’engage durant la Seconde Guerre mondiale aux côtés de son pays d’adoption et intègre le service du contre-espionnage puis l’armée de l’air. Elle profite de sa notoriété pour recueillir des informations et faire passer des messages codés. Beaucoup se sont trouvés un modèle à suivre.

Malgré l’apparition de la Pandémie de Covid-19 fin 2019 et ses ravages jusqu’à nos jours, l’année 2021 a été marquée par la reprise des grands évènements sportifs, notamment des Jeux olympiques, où l’on a vu des championnes s’illustrer et profiter du feu des projecteurs pour prendre la parole haut et fort, parfois pour dénoncer des violences faites aux femmes dans le monde.

Clarisse Crémer

Elle est considérée aujourd’hui comme la femme la plus rapide du monde en monocoque. Clarisse Crémer a battu le 3 février 2021 le record féminin du tour du monde en solitaire en monocoque et sans assistance, détenu jusqu’ici par la Britannique Ellen MacArthur. Arrivée en deuxième position au Vendée Globe, la française Clarisse Cremer a bouclé son tour du monde en quatre-vingt sept jours, deux heures, vingt-quatre minutes et 25 secondes. Elle est devenue ainsi, la femme la plus rapide de cette aventure sportive et la septième seulement à terminer cette traversée réputée dangereuse.

Clarisse Agbégnénou, femme engagée pour les femmes

Autre femme ayant brillé en 2021, Clarisse Agbégnénou avec notamment son titre de championne olympique. À 28 ans seulement, la quintuple championne du monde de judo a décroché l’or à Tokyo le 27 juillet 2021, le seul titre qui manquait à son palmarès déjà riche. Mais l’engagement et l’énergie de la française d’origine togolaise Clarisse Agbégnénou vont aussi au-delà des dojos.

La judokate, devenue l’un des symboles du sport français, combat les stéréotypes sexistes. Cette ancienne adjudant de gendarmerie promeut l’accès des jeunes filles aux sports, aux jeux et aux métiers considérés comme masculins. Clarisse Agbégnénou lutte aussi contre les sujets tabous chez les sportives, comme la peur des menstruations féminines sur un kimono blanc ou le désir de se consacrer à la maternité entre deux échéances olympiques. Sur le terrain, l’effet Agbégnénou fonctionne, et des clubs de judo constatent un engouement des jeunes françaises pour ladite discipline.

Peng Shuai, le visage du #Metoo en Chine

Agée de 35 ans, la situation de Peng Shuai est devenue une affaire internationale après que la star du tennis mondial ait publié, le 2 novembre 2021, sur le réseau social chinois Weibo, un message dans lequel elle accusait d’agressions sexuelles l’ancien Vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli, qui a été de 2013 à 2018 l’un des sept hommes politiques les plus puissants de Chine.

Le message avait promptement été effacé, censure chinoise oblige, et l’ex N°1 mondiale du double n’avait plus fait d’apparition en public durant plusieurs semaines, suscitant l’inquiétude du monde du sport, de l’ONU et de nombreux pays. Depuis, la joueuse a refait surface à travers des vidéos, des photos et dans des entretiens à distance avec les instances internationales du sport, mais son sort interroge toujours. Dans une vidéo récente, la joueuse de tennis dément avoir jamais formulé d’accusation d’agressions sexuelles contre quiconque et que son message sur le réseau social chinois Weibo avait été mal interprété. Visiblement, Peng Shuai a subit une pression pour faire ce démenti.

Olivier Mukengeshayi

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

Interviews

Actu d'Ailleurs

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières