Procréation chez une femme célibataire ayant un âge avancé : ‹‹ Cela dépend de son sens de responsabilité ››, affirme Bernis MAYAMONA

WhatsApp Image 2023-09-19 at 07.07.06

Partager:

Quand l’âge est avancé, une femme ne peut-elle pas décider de procréer quand elle est célibataire ? Nous avons recueilli le point de vue de la jeune activiste congolaise Bernis MAYAMONA sur ce sujet.

La procréation d’une femme selon Bernis MAYAMONA ne dépend pas de l’avancement de son âge mais plutôt de son sens de responsabilité :

‹‹ Si la femme est responsable et que son partenaire l’est également et surtout lorsque celle-ci lui fait confiance, ces derniers peuvent décider de procréer même s’ils ne sont pas encore officiellement mariés ››, a fait savoir Bernis MAYAMONA.

Pour elle, il faut savoir qu’il y’a de ces femmes qui veulent uniquement des enfants, mais pas de mari et il y’en a aussi celles qui veulent à la fois d’un mari et des enfants pour former une famille complète.

‹‹ Chaque femme a sa conception des choses. Même ces choses qui sont considérées chez les unes comme une abomination, peuvent être acceptées par d’autres ››, a dit Bernis MAYAMONA.

Notons que Bernis MAYAMONA a clôturé le sujet en soulignant que le plus important est que la personne soit “responsable”.

Précieuse BOYO

Partager:

Articles similaires

1 thought on “Procréation chez une femme célibataire ayant un âge avancé : ‹‹ Cela dépend de son sens de responsabilité ››, affirme Bernis MAYAMONA

  1. Procréation d’une Femme au Stade de la Ménopause, Un tabou : Perspective de Zacharie Bilenge Mwadi Wanyama face aux Propos du Maître Bernis Mayomona.
    La marque d’un intellectuel se distingue par la qualité de son raisonnement et son habilité à émettre une opinion convaincante au sujet d’une matière donnée. Comme je te le reprochais dans le passé, formule tes remarques partant des observations systématiques, c’est-à-dire des analyses consistantes qui mèneraient presqu’au même résultat si toute autre personne est placée dans la même situation. S’agissant de ton point de vue concernant la procréation d’une femme en âge avancé, je te réponds sans toutefois mâcher les mots qu’il est totalement erroné, vide de contenu et dénuer de sens, en voici les raisons. En ta qualité d’universitaire, tu aurais mieux fait d’opérationnaliser d’abord ce variable « Femmes Célibataires en âges avancés » pour lever toute équivocité qui planerait dans l’esprit du lecteur. Cette opérationnalisation permettrait à quiconque qui te lit de situer dans le temps et dans l’espace la femme dont tu parles. Je te rappelle que l’âge avancé de la femme est associé à la ménopause. D’habitude, celle-ci commence à partir de trente-six ans. Une femme qui atteint cette phase pourrait perdre sa fertilité au point de ne jamais mettre au monde. Dans l’hypothèse où elle garde sa fertilité, celle-ci pourrait être d’une qualité médiocre. En moyenne, une telle femme pourrait mettre au monde des enfants qui portent des problèmes mentaux ou déformation physique. Tel est le mobile pour lequel dans des pays développés, une femme dont l’âge excède les limites de trente-six ans se fait examiner une fois qu’elle conçoit. S’il est établi qu’elle est ménopausique, le fœtus s’élimine. En effet, le fœtus ne jouit pas d’une personnalité juridique dans certains pays. Sur le plan social, la tuerie du fœtus dans de telles nations se justifie par le fait que le futur enfant sera une charge pour la société. Sur le plan psychologique, il est fortement recommandé qu’une femme an âge avancé se garde de procréer car elle est trop épuisée par les tourments de la vie pour s’occuper d’une jeune vie. Cependant, dire que la procréation d’une femme dont l’âge frôle la ménopause relève de sa volonté et de celle de son partenaire est une absurdité totale, un reflet de la petitesse d’éducation et de la bassesse d’esprit. En ta qualité de juriste, explique au monde, la position de la législation congolaise face au fœtus.

Laisser un commentaire

Education Template