Plaidoyer sur la révision de la loi électorale : Les femmes proposent des mesures correctives 

0F4A10C5-F920-4761-A627-FC54CEE9BAC0

Partager:

Les femmes congolaises tiennent coûte que coûte à la révision de la loi électorale dans son ensemble. Mais se focalisent plus sur l’article 13 de cette loi qui bloque la participation politique des femmes en République Démocratique du Congo.

C’est pour cette raison que les femmes de la société civile et politique avec l’ Onu femmes se sont levées ce mercredi 13 Avril pour mener un plaidoyer auprès des députés nationaux à l’assemblée nationale. 

Les députés nationaux  de différentes commissions parlementaires à savoir celle des droits de l’homme, PAJ, Socio-culturelle, Genre, famille et enfants ainsi que le comité des sages ont  pris part à cette séance de plaidoyer.

La Présidente de la Commission Genre, Famille et Enfants, Christelle VUANGA, a remercié les députés qui ont répondu présents à cette réunion et a relevé l’importance de traiter cette question de l’agenda genre dans la loi électorale.

Au nom de l’Onufemmes,  Clémentine Sangana a relevé la volonté affichée d’améliorer la participation de la femme, tout en rappelant d’où vient le combat des femmes. 

« A l’Assemblée Nationale, on est parti, selon les statistiques, de 9,8% à 12% , et au Sénat, de 4,5% à 19%. il y a évolution certes,  mais nous menons ce plaidoyer parce que l’évolution est lente. Nous devons lever une option, réfléchir sur des mesures correctives qui vont amener la RDC petit à petit vers la parité », a-t-elle souligné. 

De son côté Pacifique Nkosi, Expert électoral, a succinctement présenté le document  ‘’ Étude sur la représentation et l’influence des femmes en politique en RDC’’. Il a montré l’importance de corriger le processus électoral actuel , surtout l’article 13, qui exige une reformulation. «Deux choses pour améliorer l’article 13, ajouter la notion de quota et celle de siège réservé », a mentionné ce consultant de Onufemmes RDC.

Carine Kanku, Coordinatrice de la Dynamique Nationale des Femmes Candidates, Dynafec en sigle, a présenté « les 10 raisons pour la prise en compte du Genre dans les réformes électorales en RDC ».

A propos de l’article 13 de la loi électorale, la Dynafec propose la reformulation suivante : « Aux termes de la présente loi, on entend par liste, un document établi par les Partis politiques ou regroupements politiques comportant plusieurs noms de candidats. Sous peine d’irrecevabilité, chaque liste est établie en tenant compte de la représentation paritaire homme-femme. Dans une circonscription électorale à plus d’un siège à pouvoir, un siège est réservé exclusivement à la compétition des candidats féminins ».

La Présidente Christelle VUANGA,de la commission Genre, Famille et Enfants de l’assemblée nationale a à l’issu de cette journée de plaidoyer, montré l’importance de ces discussions qui visent l’intégration de la dimension genre dans la loi électorale. Car, a-t-elle poursuivi, « c’est inconcevable d’avoir des femmes majoritairement électrices mais minoritairement éligibles. Il faut apporter une discrimination positive à l’article 13 ».

Jean Pierre Katenda

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template