Patricia Nseya, Sylvie Birembano, Joséphine Ngalula, Adine Omokoko, Marie-Josée Kapinga et Anne-marie Mukwayanzo, les Visages de la CENI au Féminin

photo_2022-04-01_00-42-52

Partager:

A l’occasion de la clôture du Mois de Mars dédié à la Femme en République Démocratique du Congo, la rédaction de POURELLE.INFO s’est intéressé aux femmes cadres au sein de la Commission électorale nationale indépendante, que dirige le président Denis Kadima, l’homme genré qui milite pour la représentativité des femmes au sein des institutions.

A la Centrale Électorale, les femmes occupent une place de choix. Elles sont 10 au total qui occupent des postes de responsabilité significative. Il y a 2 femmes au Bureau, 4 comme membres de la plénière, 1 au Secrétariat exécutif nationale et 5 aux Secrétariats exécutifs provinciaux.

Au niveau du bureau, il y a Patricia Nseya Mulela première femme Rapporteur de cette Institution d’appui à la démocratie.

Femme forte et dynamique, elle est une militante des droits des femmes et de la jeune fille. Surnommée Jeanne d’arc dans son LIKASI natale, Patricia Nseya soutien le respect de la Constitution du point de vue de la parité. L’actuelle rapporteur de la CENI reste convaincue que l’apport de la femme dans le développement est très important. Son souhait est qu’en 2023, qu’il ait plus de femmes candidates aux élections et qu’elles soient les plus élues possibles.

L’autre femme dans le bureau c’est Sylvie Birembano Balume. Elle est Questeure adjointe. Cette Experte électorale est une ancienne de la CENI. Elle est fière du travail qu’elle fait, celui de gérer la logistique de l’institution, le patrimoine et les Infrastructures. Cette femme au grand cœur estime que les femmes de la CENI sont des femmes de qualité. Pour elle, c’est la femme qui garantie le bien être de la famille.

Joséphine Ngalula, est membre de la plénière de la Centrale électorale. Une activiste engagée depuis les années 90, elle tient à l’inclusion au sein de la Centrale électorale. Inculquer la notion du Genre aux membres de la plénière c’est ça sa leitmotiv. Toujours souriante, Joséphine Ngalula est Licenciée en Sciences Sociales, Politiques et Administratives/Relations Internationale.

Elle est également Experte en Plaidoyer, Genre, socio-économiste, et Défenseure des Droits Humains, spécifiquement ceux de la Femme et de l’Enfant depuis plus de 20 ans.

Joséphine Ngalula a dédié sa vie à la Défense des plus vulnérables et des femmes de son pays.

Un autre membre de la plénière de la Commission électorale nationale indépendante, c’est Adine d’or Omokoko une défenseure des droits humains membres du Cadre de concertation des femmes congolaises, CAFCO en sigle, dans le quota de la Société civile.

Connue pour ses prouesses dans ce domaine,

Maître Adine OMOKOKO est détentrice d’un Master en Administration électorale de l’Ecole de formation électorale en Afrique Centrale. Elle est en outre Avocate au Barreau de Kinshasa/Matete.

Marie-Josée Kapinga c’est la première femme à occuper le poste de Secretaire exécutive nationale au sein de la Centrale électorale. Elle a gravi les échelons pour arriver à ce poste aujourd’hui. C’est une technicienne des élections depuis l’époque de la CEI. Elle estime que les femmes doivent mettre leur intelligence en avant, puisse que la beauté n’amène nulle part. Elles sont à la CENI grâce à leur compétences et expertise en matière électorale.

Même idéologie partager par Anne Marie Mukwayanzo, Secretaire exécutive provinciale de la Ville de Kinshasa. Celle qui gère de mains de maître ce secrétariat. Cette grande dame souligne que sur le plan professionnel il n’y a pas de différences entre les hommes et les femmes. Elle est parmi les anciennes de la CENI depuis les premières élections.

Dans le Kongo Centrale, c’est Bernadine Kitondo qui dirige le Secrétariat provincial. Femme dynamique, elle assure les opérations dans cette partie de la RDC. Bernadine Kitondo est une bosseuse hors du commun qui s’adonne activement aux missions lui assignées.

Mymy-Fabienne Mukulumoya est la SEP CENI Haut-Katanga. Experte des questions électorales, une fonction qu’elle assume depuis février 2014, soit 9 ans déjà à la tête de cette institution d’appui à la démocratie dans cette partie de la RDC.

Sur place, cette représentante de la CENI en province du Haut Katanga coordonne et supervise les activités techniques, opérationnelles et administratives de la Centrale électorale. Avec son expertise, cette mère de famille fait un travail remarquable qui épate même les hommes.

Dans la province de la Tshopo, c’est une autre femme qui est SEP. Il s’agit de Aimée Lisasi Lihaha.

Une femme dynamique et expérimentée techniquement sur les élections. Licenciée en sociologie à l’Université de Kisangani, son travail consiste à superviser les opérations électorales au niveau provincial.

Elle veille jour et nuit à suivre les directives données à partir du siège à Kinshasa, pour bien coordonner les activités liées au processus électoral. Elle a eu une belle carrière au sein de la Commission électorale nationale indépendante de 2004 à 2013.

Terminons avec Claudine Bazegoto SEP du Bas Uelé. Une femme de terrain, courageuse et très engagée pour la réussite de sa mission. ”Le travail n’a pas de sexe », c’est sa phrase favorite. Elle est à la CENI depuis les élections de 2006.

Grâce à son expertise et son savoir-faire, elle assume ses fonctions avec brio, ce qui lui a valu la confirmation à ce poste, alors qu’elle assumait l’intérim.

Ce tableau démontre à suffisance que le Président Denis Kadima, est un visionnaire qui tient à la représentativité des femmes au sein de cette Institution d’appui à la Démocratie. Grâce à son leadership, aujourd’hui la parité est respectée 50/50 au niveau de l’exécutif national.

M.M.M.

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template