Musique : Ouverture ce lundi 25 octobre à Paris du procès de Koffi Olomide pour agression sexuelle sur ses danseuses

Le chanteur congolais koffi olomide est attendu ce lundi 25 octobre devant le parquet de Nanterre, une localité de la Banlieue parisienne en France. Ce dernier est accusé d’avoir agressé sexuellement à plusieurs reprises 4 de ses danseuses à Paris entre 2002 et 2006. 

L’icône de la musique congolaise, producteur actuellement de plusieurs jeunes musiciens de son pays, a été envoyé à nouveau le 31 janvier 2018 au tribunal correctionnel par une juge d’instruction de Nanterre, pour des actes qui se seraient déroulés dans un pavillon d’Asnières-sud-seine un hôtel de la ville de France où l’artiste louait et où il faisait également loger ses danseuses lors des concerts. 

Ce dossier a été déclenché en août 2009 alors que son examen s’était conclu par une demande de détention provisoire. Koffi olomide était alors sous le coup d’un mandat d’arrêt international, d’après la source. Celui-ci avait été examiné en 2012 pour agressions sexuelles dont certains sur mineure de 15 ans mais les chefs en charge de cette poursuite ont été modifiés.

L’artiste ,marié et père d’une famille, est désormais accusé pour atteinte sexuelle par violence et menace, il est appelé également à comparaître pour avoir irrégulièrement toléré l’occupation au sol français de ses plaignantes congolaises et aussi pour les avoir fait travailler illégalement. Koffi Olomide est convoqué avec ses deux hommes qui font de lui ses complices devant la justice.

Rappelons que les quatre plaignantes qui faisaient parti de son orchestre musical “Quartier latin” ont porté plainte contre leur patron en 2007, 2009 et 2013. De lors, elles ne sont jamais rentrées en République Démocratique du Congo par peur de représailles.

Ces plaintes ont été soutenues par le comité contre l’esclavage moderne et cette organisation se porte partie civile dans cette affaire.

Selon plusieurs enquêtes, Koffi Olomide, de son vrai nom Antoine Agbepa Mumba, a été condamné non seulement en France et à Kinshasa pour plusieurs actes de violences envers certaines personnes, mais également dans une affaire de fraude fiscale.

Affaire à suivre.

Nathan Diamwete

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

Affiche Tumile Pomoja

Interviews

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières