Com Exkluziva

‹‹ Mon secret reste le travail pour hisser plus haut le tennis féminin de la RDC›› dixit Nancy Onya.

Après avoir remporté, il y a quelques jours à Lubumbashi, le titre de championne du Congo et de meilleure joueuse de tennis senior de la République Démocratique du Congo, la tenniswoman Nancy Onya est de retour à Kinshasa. Cette dernière a accepté d’accorder une interview à pourelle.info, et c’est au terrain de tennis du cercle de Kinshasa Golf-Tennis-Squach-Hockey qu’elle a donné rendez-vous pour cet entretien.
Native de Likasi dans la province du Haut-Katanga, l’histoire entre le tennis et la jeune congolaise commence un peu tard. Nancy Onya s’en souvient bien :
‹‹ Mon père fut champion de tennis au Katanga et toute la famille chez moi jouait au tennis, alors, je trouvais que c’était un sport qui demandait beaucoup de physique, beaucoup des courses, et je n’aimais pas trop courir. Un jour je suis allé voir mon père à son entraînement et il m’a demandé de jouer en attendant qu’il aille chercher un colis pour moi. C’est là que le coach de mon père m’a lancée quelques balles. Voyant que j’assurais les échanges avec aisance, il a demandé à mon père si j’avais l’habitude de jouer au tennis et ce dernier lui répondit non, et que c’était ma première fois de jouer au tennis. Le coach avait trouvé en moi un potentiel que je devais exploité afin d’exceller dans le tennis. c’est ainsi qu’à sa demande, mon père accepta de payer mon abonnement au club pour un entraînement régulier ››, raconte-t-elle.

Après une formation de 5 ans à l’Académie de lʼUniversité de Pretoria, en Afrique du Sud, où elle obtient une licence en “sports science”, elle retourne en RDC pour entamer une carrière de tenniswoman et enchaîne les titres nationaux et internationaux dont le dernier remporté le 4 juillet dernier à Lubumbashi qui lui a fait plaisir.

‹‹ C’était une grande joie pour moi de remporter ce tournoi, car cela n’arrive pas tous les jours. Chaque tournoi est un grand challenge pour moi, et si J’ai gagné en battant une autre grande athlète Madeleine du TP Mazembe, c’est parce que mon secret reste le travail. Vous m’avez trouvé entrain de m’entraîner, pas parce qu’il y a compétition, mais je me dis que je suis championne, il faut être à jour tous les jours. J’ai toute une équipe qui me suit de prêt, notamment des entraîneurs et je reste aussi disciplinée pour encore faire mieux. Donc, ce couronnement de meilleure joueuse de la RDC est venu récompenser tous ces efforts ››, a expliqué la championne Congolaise.
Grâce à ses nombreux titres remportés que ce soit au niveau national, ou sur la scène internationale, la tenniswoman congolaise, est classée aujourd’hui à la 1033e place au classement mondial ATP (Association of Tennis Professionals), et dit être fière de cela. Elle affirme avoir encore beaucoup des défis à relever pour faire mieux.
‹‹ C’est une grande satisfaction car c’est mon pays qui gagne, je suis la seule femme tenniswoman congolaise aujourd’hui qui est dans le classement mondial en étant restée congolaise, sans changer de nationalité, et, j’en suis très fière. Qu’il pleuve ou qu’il neige, je ne vais pas arrêter de jouer pour mon pays la RDC et je me battrais toujours pour mon pays parce que c’est grâce à lui que je fais partie de ce classement, avec les entraîneurs nationaux, donc, je suis fière de moi et je me dois encore de fournir beaucoup d’efforts pour hisser très haut le drapeau de mon pays ››, promet-elle.

Dans un pays où le tennis est une discipline sportive peu pratiquée et impopulaire, un pays qui n’a d’yeux que pour le football, Nancy Onya appelle à un soutien du gouvernement afin de l’aider à bien pratiquer ce sport et s’en épanouir.

‹‹ J’ai besoin d’un soutien. Je joue à un haut niveau qui demande beaucoup de tournois, des finances et des matériels. Une championne est celle qui est tout le temps en combativité dans une cour de tennis ; voilà pourquoi je m’entraîne même avec des hommes. Mais si le gouvernement ne me soutien pas, je ne serai pas en mesure de défendre le pays ni de gagner. D’où, je demande un soutien du gouvernement, car je sais de quoi je suis capable ››, martèle-t-elle.

Nancy Onya attend les dernières démarches pour une signature de contrat avec le club du TP Mazembe qui lui a demandé de rejoindre ses rangs après son sacre du 4 juillet. Elle ira ensuite au Gabon pour un mois de stage, puis en Tunisie. Nancy Onya est aussi invitée pour la Ligue de France, compétition de tennis au pays d’Emmanuel Macron.

Olivier Mukengeshayi

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

To Makeupé
Affiche Tumile Pomoja

Interviews

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières