Ministère de la Justice : Rose Mutombo prête à accompagner la démarche du Collectif 24 et de l’ONG Internews

La ministre d’État, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Rose Mutombo Kiese, a eu des entretiens ce mercredi 12 mai avec quelques grandes personnalités, à savoir la représentante personnelle du Président de la République Démocratique du Congo à la Francophonie, Isabelle Tshombe, Noémie Kilembe et Paul Kuadio pour le compte du Collectif 24 et de l’ONG Internews.

Isabelle Tshombe, siégeant au Conseil Permanent de la Francophonie en qualité de représentante personnelle du chef de l’État, est venue montrer à la patronne de la justice Rose Mutombo, les objectifs qu’elle s’est assignée à ce poste afin de défendre valablement les intérêts de la RDC au sein de la Francophonie, une structure qui apporte un coup de pousse à la RDC pour ce qui est du domaine de la justice. La Francophonie compte notamment mener plusieurs plaidoyers en faveur des femmes et l’accroissement dans tous les secteurs du pays.

Consciente de l’importance et du rôle que joue cette organisation, la minitre d’État a indiqué qu’il est important de renforcer les capacités des magistrats. Elle sollicite l’apport de la Francophonie pour l’organisation des colloques en vue du partage d’expériences. Elle a par ailleurs souligné que son ministère a besoin de plus de partenariats pour améliorer l’image de la justice en RDC.

Isabelle Tshombe a profité de l’occasion pour féliciter la nouvelle patronne de la justice Rose Mutombo et a salué une avancée en ce qui concerne la participation politique des « femmes de qualité » dans les hautes instances de décisions en RDC.

Avec Noémie Kilembe, Directrice adjointe de l’ONG Internews et Me Paul Kuadio du Collectif 24 les échanges ont tourné autour du partenariat que l’ONG Internews a avec le gouvernement congolais dans le secteur de l’information.

‹‹ Nous avons échangé avec la
ministre d’Etat par rapport à la proposition de loi sur l’accès à l’information publique qui est l’un des objectifs de développement durable, notamment 7 et 10. Cet objectif demande aux Etats de garantir l’accès à l’information publique à travers la législation nationale. En RDC, il n’y a pas une loi spécifique malgré l’existence de l’article 24 de la loi fondamentale. Raison pour laquelle nous avons voulu échanger avec elle, vu que le gouvernement Sama Lukonde a inscrit les réformes parmi les priorités de son programme pour qu’elles puissent accompagner le travail de la société civile à travers le collectif 24 afin que le plaidoyer qu’il mène depuis 2009 aboutisse ››, a déclaré Paul Kuadio chargé de plaidoyer et suivi de réforme chez Collectif 24.

Et d’ajouter, ‹‹ La proposition de loi sur l’accès à l’information publique est très importante parce qu’elle permet l’instauration de l’Etat de droit. Aussi, elle permet à ce que nous puissions avoir un gouvernement ouvert et une administration ouverte et transparente ››.

Notez qu’on ne peut pas parler de bonne gouvernance sans l’accès à l’information publique car celle-ci permet de dénoncer les abus et anti-valeurs de la société. L’accès à l’information est aussi très importante dans la mesure où elle permet la participation du citoyen à la marche du pays, une participation qui fait de lui un acteur majeur de la vie publique et enfin, cet accès à l’information publique permet une lutte contre la corruption.

L’ONG Internews salue et appuie ce plaidoyer mené par les organisations de la société civile sous la conduite du Collectif 24.

Après les avoir entendu, la ministre d’État, ministre de la Justice et Garde des Sceaux a dit être ouverte et prête à accompagner la démarche du collectif 24 d’autant plus que cela s’inscrit dans le programme du chef de l’État.

Olivier Mukengeshayi

Lire aussi

Laisser un commentaire

To Makeupé
Affiche Tumile Pomoja
Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières