Leadership auprès des femmes des médias: Le sujet a été débattu avec les étudiantes en journalisme à l’IFASIC

WhatsApp-Image-2022-09-09-at-06.55.38

Partager:

L’Institut Facultaire des Sciences de l’Information et de la Communication, IFASIC, a abrité au sein de son espace préau, une conférence débat sur le “leadership auprès des femmes des médias en République Démocratique du Congo”.

Cette rencontre avait pour but de stimuler la jeunesse et permettre à la jeune fille journaliste en devenir de comprendre les réalités de ce métier de journalisme en RDC. Cette conférence à la quelle les étudiantes et étudiants de cet Alma Mater étaient conviés s’est tenu le mercredi 7 septembre 2022.

Débuté aux alentours de 12h, il a tourné autour du thème « la femme des médias et son leadership dans la société congolaise : la gestion des préjugés et du succès ». Comme intervenants, il y avait des hommes et femmes très connus dans la sphère médiatique congolaise tels que Jean Kambayi Bwatsha, professeur et recteur de l’IFASIC, Patient Ligodi, Directeur Général du média en ligne actualité.cd, Grâce Shako, coordonnatrice de l’ONG LFM et Arlette Butela, journaliste à la chaîne de télévision “Télé 50”. Ces derniers ont tous partagé leur expérience avec l’assistance.

L’activité a d’abord débuté par le mot de circonstance du ministre de la communication de l’IFASIC Ezéchiel Bomesi  ensuite a eut lieu les interventions.

Pour Grâce Shako, l’attitude et le comportement de la femme des médias ont un impact dans la valorisation de ce métier qui doit être placé dans son rôle social. Les parents doivent être fiers d’envoyer leurs filles faire le journalisme :

‹‹ Nous devons stimuler notre engagement en tant que femmes de médias, travailler ensemble homme et femme pour un meilleur environnement médiatique, lorsque nous avons la mentalité de leader, nous pouvons le faire et nous devons le faire, ce n’est pas que nous ne ferons qu’une partie et une autre non ››, a-t-elle dit.

Pour ces intervenants, la femme journaliste est celle qui ne se sous-estime pas au milieu des hommes, elle doit être journaliste à part entière et non se limiter à femme journaliste. Elle est capable de se positionner à la rédaction comme tout journaliste, traitant tous les desks sans mettre en avant la faiblesse en tant que femme.

Dans ce même ordre d’idée, Arlette Butela à son tour a ajouté qu’‹‹ avoir les capacités et un mental fort est ce qui nous fait accepter par n’importe qui. L’intelligence ne ment pas, nous pouvons apprendre au même titre que les hommes. Comme moi aujourd’hui je suis présentatrice d’une émission sportive pourtant je suis une femme, je me suis informée et cultivée afin d’être en mesure d’assurer mon émission. Il faut développer les capacités pour arriver à s’en sortir demain. Dans ce métier, si vous n’êtes pas performant vous partirez de vous-même ››.

S’en est suivi un échange entre les participants et les intervenants et l’activité s’est clôturée par quelques mots de remerciement dits par la présidente des étudiants de l’IFASIC Joséphine Mawete.

Il sied de signaler que cette conférence avait pour but d’exhorter les jeunes à pouvoir arriver à capitaliser ce qu’ils apprennent aujourd’hui pour être demain des journalistes qui défient les préjugés, les concepts ainsi que les stéréotypes de la société et transformer ce que pense, parfois négativement, la société du métier de journalisme.

Précieuse Boyo

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template