Forum Mondial de l’eau au Sénégal : Ève Bazaiba appelle à la rentabilisation des ressources en eau de la RDC

IMG-20220404-WA0002

Partager:

Les travaux du 9ème Forum Mondial de l’eau s’est tenue du 21 au 26 Mars dernier à Dakar, capitale du Sénégal autour du thème : « la sécurité de l’eau pour la paix et le développement ». Une rencontre qui a eu lieu pour la première fois en Afrique au Sud du Sahara, où se trouve le 2ème bassin hydrologique du Monde : le Bassin du Congo.

La République Démocratique du Congo a été représentée à ses assises par la Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Ève Bazaiba a lors de son intervention au 20ème anniversaire de la Conférence des Ministres Africains sur les eaux en marge de ce forum mondial, appelé les États à contribuer aux efforts de la rentabilisation des ressources en eau de la RDC à travers des mécanismes technologiques appropriés.

Pour elle, forte de son potentiel environnemental dont 10% des réserves d’eaux douces du monde et 52% des eaux douces d’Afrique, la RDC se présente comme une alternative à la sécurité de l’eau en faveur de la paix et le développement dans le monde. La  Vice-Premier Ministre a invité les États et les dirigeants Africains à « rentabiliser les eaux de la RDC », à comptabiliser les gouttes d’eau au regard de sa pluviométrie favorable. « Beaucoup de pays africains et du monde manquent d’eau. Nous, nous avons de l’eau, nous avons ce potentiel environnemental très important. Mais nous avons besoin de la technologie qui devra nous permettre de rentabiliser ces ressources en eau », a-t-elle insisté 

Des problèmes à résoudre dès à présent 

Au cours des quinze dernières années, les inondations et glissements de terrain ont touché 38 millions personnes sur le continent et causé des dommages estimés à plus de 4 milliards de dollars. D’ici à 2030, entre 75 à 250 millions d’Africains vivront dans des zones de stress hydrique élevé, ce qui devrait conduire au déplacement de 24 à 700 millions d’individus. Face à ces défis, l’évènement de Dakar, qui s’est déroulé jusqu’au 26 mars 2022, s’est voulu « le forum des réponses ». 

Notez que le bassin hydrographique du Congo, renferme un potentiel de développement inestimable. Il s’étend sur 3.822 000 km2 et recouvre environ 20 millions d’hectares de forêts inondées. Ses ressources sont partagées par une dizaine des pays. Cependant, on assiste de plus en plus à une dégradation poussée de la ressource en eau du bassin du Congo, tant en quantité qu’en qualité, due à la conjugaison de plusieurs facteurs dont les effets de changements climatiques restent au centre. Cependant les besoins des Etats riverains sont de plus en plus croissants tant en termes de transport, d’énergie, d’eau potable, de l’agriculture, etc.

Sachez aussi qu’en marge de la 27ème session de la Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP27-CCNUCC) qui se déroulera en novembre prochain,  dans la Ville Égyptienne de Charm-El-Sheikh, la Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Environnement et Développement durable a séjourné au Caire dernièrement. 

Ève Bazaiba Masudi était porteuse de la lettre de manifestation d’intérêt du Président Congolais, Félix Antoine Tshisekedi, adressée à son homologue Égyptien. La RDC veut co-organiser avec l’Egypte, les travaux préparatoires de la 27ème session de la Conférence des Parties sur le changement climatique (COP27).

Le président Égyptien, Abdel Fattah Al SISSI qui a reçu la VPM, Eve  BAZAIBA, le mardi 29 Mars dernier, en présence du Ministre Égyptien des affaires étrangères, a réitéré la volonté de son pays à renforcer la coopération avec un pays frère et ami, la RDC.

L’Égypte s’est dit honoré de travailler en partenariat avec l’un de plus important pays du Bassin du Congo pour faire face aux enjeux climatiques qui s’imposent à l’humanité. Des modalités pratiques de ce partenariat dans l’organisation de la pré-COP27 seront déterminées entre les deux pays. 

La demande de la République Démocratique du Congo a été acceptée. Déjà le Ministre Égyptien des affaires étrangères Sameh Shoukry, qui est également le Président désigné de la COP27, a été instruit à prendre des dispositions relatives à la mise en place du comité de pilotage avec la partie Congolaise.

Pour Ève Bazaiba, c’est une fierté pour non seulement la RDC mais tout le Bassin du Congo. La COP27 en Égypte, est une occasion pour faire avancer l’agenda des discussions en faveur de la prise en compte des contributions et apport de l’Afrique dans la lutte contre le changement climatique. 

M.M.M.

Mots clés :

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template