Discours incitant à la haine sur les médias : Le BCNUDH sensibilise les journalistes de Kinshasa sur la question

IMG-20220602-WA0068

Partager:

Lutte contre les discours haineux et message incitant à la haine”, le Bureau Conjoint des Nations-Unies pour les Droits de l’homme, antenne de Kinshasa, a sensibilisé les professionnels des médias de la capitale de la RDC sur ce sujet. La rencontre a eu lieu au au Cercle Elaïs situé dans la commune de la Gombe à kinshasa, sur initiative du BCNUDH que pilote Mireille Muleka.

D’après cette dernière, ‹‹ Il n’existe pas une definition figée du discours de la haine, mais les experts des Nations-Unies se sont réunis pour lui donner une compréhension et on définit le discours de haine comme toutes communications qui constituent une atteinte ou utilisent un langage péjoratif ou discriminatoire à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur identité, appartenance religieuse, ethnique etc. ››, a dit Mireille Muleka.

Poursuivant sur cet aspect concernant le discours de haine, le formateur du BCNUDH qui a échangé avec les journalistes, se basant sur le “plan de Rabat”, a donné les éléments constitutifs définissant les messages de haine. Il s’agit du contexte, de l’orateur, l’intention, le contenu et la forme, l’ampleur, la probabilité et l’imminence ››.

Tout en évoquant des cas pratiques, exposés et travaux en commissions, le jeu de question-réponse avec l’assistance, le formateur a conclu qu’il faut toujours voir si le message tenu par un orateur vise à déshumaniser l’humain, dans ce cas l’on peut parler de discours de haine.

Prenant part à cette formation, le président national de l’Union Nationale de la Presse du Congo, Gaby Kuba, a salué cette initiative et a rappelé le rôle de la presse :

‹‹ Les journalistes doivent critiquer les politiques pendant l’exercice de leurs fonctions et non sur leurs appartenances ethnique et tribale. Nous les critiquons entant que gestionnaires de la chose publique, le journaliste ne pas une caisse de raisonnance des politiques ››, a dit Gaby Kuba.

Notons que cette formation a été organisée par le Bureau Conjoint des Nations-Unies aux Droits de l’Homme, BCNUDH. Elle a connue la participation de plusieurs journalistes venus de différents médias de Kinshasa mais aussi des experts qui appuient les efforts du gouvenement congolais dans la lutte contre les discours de haine et messages incitant à la haine.

Christian Mukaya

Mots clés :

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template