Des femmes et des enfants tués lors d’un nouvel affrontement Teke-Yaka dans le Maï-Ndombe

IMG-20220915-WA0000

Partager:

Encore des morts dans la province du Maï-Ndombe, selon Radio Okapi, la radio onusienne émettant à Kinshasa. Une trentaine de personnes ont été tuées et plusieurs maisons incendiées lors d’un nouvel affrontement entre les peuples Teke et Yaka, au village Fadiaka, situé à plus de 150 Kilomètres de la cité de Kwamouth. Des morts qui font suite au conflit Teke-Yaka qui existe depuis le mois d’août dernier dans cette partie de la RDC.

Les deux peuples se disputent des terres. Les Teke chassent les Yaka sous prétexte qu’ils sont venus s’installer sur leurs terres

D’après la société civile locale, 31 personnes dont des enfants et des femmes, ont été tuées, y compris le chef du village qui a été décapité. Plusieurs maisons sont parties en fumée et les habitants, en débandade se sont dirigés vers les contrées voisines.

Le vice-président de la société civile de Kwamouth, Martin Suta, a fait savoir que certains suspects ont été arrêtés, parmi lesquels des hommes en uniforme .

‹‹ Ce qui est vrai dans ce groupe qu’on avait arrêté, il y a des corps militaires dedans. C’est-à-dire qu’ils sont mêlés avec des civils ››, a-t-il dit. 

Le député national Guy Musomo, élu de Kwamouth qui avance, quant à lui, un bilan d’au moins trente-cinq morts souhaite vivement que des militaires soient déployés dans cette partie du pays pour calmer cette tension.

‹‹ La RN 17 est toujours dans l’insécurité. On doit éteindre le feu là où il y a le feu. On ne doit pas éteindre le feu via des discours dans des bureaux climatisés. S’il s’agit d’envoyer des militaires, par exemple  à Mibe où l’on parle d’un groupe de ces gens, qu’on envoie des militaires là-bas.’’  

Notez que certaines personnes qui affirment avoir aperçu des individus à la physionomie inconnue, expriment des doutes sur la vraie identité de ces assaillants.

Dave Ngonde

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template