Cour suprême américaine: Joe Biden va nommer une femme noire pour la première fois de l’histoire

wp-1643369731442

Partager:

Une femme noire à la cour suprême des États-Unis d’Amérique, c’est pour bientôt. C’est en tout cas le vœux de Joe Biden, le Président des États-Unis d’Amérique.

Ce dernier compte nommer, pour la première fois de l’histoire de cette juridiction une femme afro-américaine comme membre. Cela pourrait être effectif dès le mois de Juin 2022.

En effet, un juge progressiste membre de la cour suprême des États-Unis d’Amérique a décidé de démissionner de son poste pour des convenances personnelles. Stephen Breyer, 83 ans, va quitter ses fonctions en juin 2022, et son retrait devrait permettre au président démocrate de choisir sa successeure et d’obtenir sa confirmation au Sénat avant les élections de mi-mandat, en novembre 2022.

Et selon la presse américaine, Joe Biden, a confirmé, le jeudi 27 janvier, qu’il nommerait, pour la première fois de l’histoire, une femme noire à la Cour suprême, la plus haute juridiction du pays, pour remplacer le juge démissionnaire Stephen Breyer.

Et parmi les noms qui se font entendre pour le remplacer, on évoque Ketanji Brown Jackson, 51 ans, que le président américain a fait entrer à la cour fédérale d’appel de Washington, considérée comme un tremplin pour la Cour suprême. Son parcours de championne de concours d’éloquence dès le lycée, diplômée avec mention de la prestigieuse université d’Harvard, une carrière dans le public et le privé et huit ans comme juge fédérale de première instance, la place en tête des pronostics.

Il y a également le nom de Leondra Kruger, juge à la Cour suprême de Californie, 45 ans, qui circule aussi avec insistance. Fille d’une immigrée jamaïcaine, elle a travaillé pour l’administration Obama.

Notez que les nominations à la Cour suprême des États-Unis d’Amérique, qui arbitre la plupart des grands sujets de société du pays, sont l’objet depuis quelques années de féroces batailles politiques. Lors de sa présidence, le républicain Donald Trump a fait entrer trois juges en son sein, sur un total de neuf, ce qui a solidement ancré l’institution dans le conservatisme. Leur influence s’est fait particulièrement ressentir depuis septembre 2021, avec un net virage à droite.

Le temple du droit a invalidé l’obligation vaccinale dans les grandes entreprises décrétée par Joe Biden et semble prêt à revenir sur le droit à l’avortement et à élargir le droit au port d’armes.

Et pour contrer cela, le chef démocrate du Sénat, Chuck Schumer, s’est dit prêt mercredi 26 Janvier 2022 à organiser «rapidement » une audience de confirmation pour la successeure de Stephen Breyer. 

La Constitution américaine prévoit que les neuf juges de la haute cour soient nommés à vie par le président et confirmés par la Chambre haute du Congrès. Les républicains ne cachent pas qu’ils pourraient bloquer un candidat choisi par Joe Biden s’ils reprennent la majorité au Sénat.

Dave Ngonde

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template