Charlie Andiru sensibilise les femmes de la Tshopo

IMG-20220205-WA0009

Partager:

Le point local du Fond pour les Femmes Congolaises, dans la Province de la Tshopo a participé à la Formation sur les médiatrices des résolutions des conflits, organisée par le Panel de l’Union Africaine, à Kinshasa.

Lors de son passage dans la Capitale, Charlie ANDIRU n’a pas gardé sa langue en poche. Elle a saisi l’opportunité pour faire de l’état des lieux de la situation des femmes dans la Province de la Tshopo.

Pour elle,  «ces femmes souffrent énormément des injustices sociales, à cause des pesanteurs des faits socio-culturels. Raison de leur faible présence dans les instances de prise de décisions ». C’est pourquoi, a-t-elle renchéri,  « dans le gouvernement, sur 10 Ministres par exemple, on retrouve deux femmes ; à l’assemblée Provinciale, sur 28 députés, il n’y a que deux femmes. Donc, la situation est catastrophique ».

Une situation qu’on retrouve même dans les partis politiques : trois femmes seulement sur une multitude de partis politiques, dirigent au quotidien ces formations politiques dans la Tshopo.

Face à ces injustices sociales, que font les femmes, surtout les femmes leaders de la province ?  Charlie ANDIRU répond : « Nous faisons des Plaidoyers auprès des décideurs provinciaux, qui sont généralement des hommes, pour qu’ils puissent tenir compte des femmes dans les instances de prise de décisions ».

«C’est un travail qui est fait de commun accord avec les Leaders Communautaires et des chefs coutumiers», a précisé le Point Focal du Fond pour les Femmes Congolaises à Tshopo.

Quant aux femmes, Andiru demande, «  de continuer à se former, à tenir bon, a avancer, à s’outiller pour être compétitive, pour faire valoir la cause de la femme ».

Pour terminer, Charlie ANDIRU a fait mention des violences domestiques qui ne sont pas dénoncées dans sa Province , à cause des faits culturels qui fragilisent la femme en général. Elle a émit le vœu de voir les femmes de la Tshopo être débout, se valoir et  ne pas se sous-estimer, car elles ont toutes capacités.

Jean Pierre Katenda

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template