Buzz au Cameroun : Brenda BIYA, fille de Paul BIYA, a révélé sur les réseaux sociaux qu’elle est “homosexuelle”

C’est une information qui fait jaser au Cameroun ces derniers jours. Brenda BIYA, fille du président de la République au Cameroun, Paul BIYA, a fait un “coming-out” à la fin du mois de juin dernier. Également connue sous son pseudo King Nasty, celle qui est une néo rappeuse de 26 ans, a publié sur les réseaux sociaux une photo d’elle embrassant une femme répondant au nom de Layyons VALENÇA.

La photo a été publiée le dimanche 30 juin 2024 sur son compte Instagram, dernier jour du mois des fiertés pour la communauté LGBTQ+. Brenda BIYA y apparaît embrassant cette femme qui est sa compagne, et qui est mannequin brésilienne. Ce n’est pas la première fois que les deux femmes affichent leur proximité sur les réseaux sociaux. Mais cette fois-ci, King Nasty, de son pseudonyme de rappeuse, qui compte plus de 300.0000 abonnés sur les réseaux sociaux, a mis fin aux rumeurs. Sur la photo où l’on voit Brenda BIYA et Layyons VALENÇA enlacées dans un ascenseur on peut lire en légende : « Je suis folle de toi et je veux que tout le monde le sache ».

Le cliché aurait pu passer inaperçu s’il n’était pas question de la fille du chef d’un Etat où l’homosexualité est un crime. En effet, depuis 2016, l’article 347-1 du code pénal camerounais, promulgué par le père de Brenda BIYA, Paul BIYA, prévoit jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 200 000 francs CFA (305 euros) d’amende les cas de rapport sexuel entre deux personnes de même sexe.

Sur les réseaux sociaux au Cameroun, cette affaire fait le buzz et est commentée dans tous les sens. Sur le média français RFI, l’avocate Alice NKOM qui se bat depuis des années pour la dépénalisation de l’homosexualité au Cameroun, a salué le courage de Brenda BIYA et voit en ce coming-out un espoir pour toute la communauté LGBT du Cameroun. La juriste a fait savoir que le président Paul BIYA devrait prendre ses responsabilités et abroger purement et simplement la loi qui réprime l’homosexualité au Cameroun car il sera injuste d’arrêter les autres Camerounais et Camerounaises homosexuel (le)s, et laisser en liberté Brenda BIYA.

RFI nous informe aussi que parmi les multiples réactions, il y a eu également celle très remarquée de Shakiro, célèbre transgenre et figure de la communauté LGBTQIA+ camerounaise, qui a été contrainte il y a quelques années à l’exil en Belgique. Cela après avoir subi diverses agressions et une détention au Cameroun du fait de son orientation sexuelle. Shakiro félicite Brenda BIYA pour son courage et la remercie en substance pour son coming-out qui pourrait peut-être, espère-t-elle, précipiter la dépénalisation de l’homosexualité au Cameroun.

Notez cependant que la fille du Chef de l’État camerounais ne réside pas au pays de ses parents mais plutôt en Suisse.

Grâce NGOMA

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin