9 août : « Les femmes autochtones sont des actrices du développement du monde », dixit Hornella Mumbela

IMG-20220817-WA0007

Partager:

A l’occasion de cette grande journée internationale des populations autochtones, ce 09 Août, la rédaction de POURELLE.INFO a accordée une interview exclusive à la coordonnatrice de l’ONG Équateur Magazine association, une structure qui encadre les filles autochtones.

Hornella Mumbela a d’abord épinglé les problèmes qui rongent les filles autochtones.

POURELLE.INFO : Madame Mumbela, en ce jour où le monde célèbre la journée Internationale des autochtones, quels sont les vrais problèmes des femmes autochtones ?

Hornella MUMBELA : Les femmes autochtones sont beaucoup touchées et souffrent particulièrement de la pauvreté, d’un accès inégal à la scolarisation et de  l »analphabétisme. Ajouter à cela, le manque des  infrastructures. Elles n’ont pas non plus accès à la santé et à l’assainissement de base.  

PI : Est-ce que les femmes autochtones sont aussi victimes des violences sexuelles ? 

HM : Si si les femmes autochtones sont aussi victimes des VS. Plusieurs sont victimes des violences domestiques  et sexuelles chez les bantous. Elles sont stigmatisées, à la fois repoussées par la communauté ou la société en générale.  

PI : Que font-elles pour s’en sortir ? 

HM : Les femmes autochtones fournissent des efforts en vue de préserver leurs cultures et leurs traditions uniques. En même temps,  elles sensibilisent leur propres communautés sur les droits des femmes. 

PI : Que fait votre structure « Équateur Magazine Association » ? 

HM : Nous avons réalisé un travail de titan en commençant par sensibiliser les femmes autochtones sur leurs droits. Et aujourd’hui, on les accompagnent à travers de formation qui leur a permis de sensibiliser leur communauté. 

Équateur Magazine Association, travaille avec ses propres moyens dans le souci de promouvoir les femmes autochtones. 

PI : Peut-on compter sur les femmes autochtones aujourd’hui ?

HM : Le Pourcentage de personnes dans le monde vivant dans l’extreme pauvreté rurale provenant des communautés autochtones est de 33 %. Les femmes sont plus affectées de manière disproportionnée en raison de leurs rôles de pourvoyeuses de soins et d’administratrices de ressources. 

Aujourd’hui , au moment où le monde célèbre la journée des peuples  autochtones, ces femmes sont actuellement des actrices  du développement du monde. Elles contribuent  à la lutte contre le changement climatique, donc nous pouvons compter sur elles.

Précieuse Boyo

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin