16 jours d’activisme contre les VBG : J. Mabunda, C. Vuanga et E. Zandi veulent que les femmes soient traités avec respect

Ce 25 novembre 2021 a débuté la campagne des 16 Jours d’activisme contre les violences basées sur le Genre. Cette campagne est un événement international annuel qui débute le 25 novembre de chaque année, date de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et se clôture le 10 décembre, date de la Journée des droits humains.

Dans cette optique, le média en ligne actualité.cd, en partenariat avec l’Agence Internews et News Forum a organisé le jeudi 25 novembre 2021 une rencontre autour du thème “Reduction de la violence basée sur le Genre en RDC, progrès et défis”.

Plusieurs autres médias en ligne dont pourelle.info, réunis au sein de MILRDC étaient présents à cet évènement qui a lieu à l’hôtel Sultani de Kinshasa. 

Trois panelistes de renom étaient au programme, la députée nationale Christelle Vuanga, l’activiste des Droits des Femmes et Enfants Emmanuella Zandi mais également la députée nationale et ancienne présidente de l’Assemblée Nationale Jeannine Mabunda, qui était l’invitée spéciale de cet événement.

Dans leurs exposés, les panelistes ont évoqué les différentes sortes de Violences Basées sur le Genre, des actes dûs notamment à certaines conceptions et préjugés véhiculés dans les sociétés congolaise, africaine et mondiale. 

Jeanine Mabunda Lioko a même donné quelques exemples notamment le cas du meurtre de la Congolaise Yvonne Ifete, ou encore de l’Europeenne Ursula Von Der Leyen privée de chaise en Turquie il y a quelques mois parce qu’elle est une femme.

Christelle Vuanga a expliqué à l’assistance les différents visages des Violences Basées sur le Genre. Contrairement à ce que le commun des mortels pense, la députée nationale a fait savoir que les hommes, les transgenres, les enfants, les handicapés physiques ou mentaux, font également parfois l’objet des VBG.

Emmanuella Zandi, qui a été victime de violences sexuelles lors de son jeune âge et qui encadre depuis quelques années des jeunes filles congolaises victimes de ces atrocités a dit son étonnement sur les violences dont sont victimes ces filles qu’elle encadre.

‹‹ J’ai comme l’impression qu’il y a un autre Congo avec de l’impunité à l’est du pays ››, a-t-elle lancé.

Notez que la campagne 16 jours d’activisme a été lancée par des activistes du premier institut international pour le leadership des femmes. Elle sert de cadre stratégique aux personnes et organisations du monde entier qui appellent à l’action pour prévenir et éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles.

Dave Ngonde

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

Affiche Tumile Pomoja

Interviews

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières