Session de Mars : Christophe Mboso Rassure les femmes de l’inclusivite de la loi électorale

IMG-20220315-WA0021

Partager:

La session ordinaire de Mars 2022, une session essentiellement budgétaire, s’est ouverte ce Mardi 15 Mars 2022, au Parlement congolais, pris d’assaut depuis les petites heures, par de nombreux congolais voulant bien vivre, en live, cette reprise, compte tenu des enjeux.

Devant la Représentation Nationale, avant toute chose, le Speaker de la Chambre Basse du Parlement Christophe Mboso a demandé à la plénière d’observer une minute de silence, en mémoire de plusieurs victimes de notre pays : victimes des accidents ferroviaires, routiers, maritimes, les victimes de Matadi Kibala, les Forces Armées qui tombent sur le champ de bataille à l’Est …Il a présenté les condoléances les plus attristées à toutes les familles éprouvées.

Le Président Christophe Mboso a souligné que, «  Cette session ordinaire de Mars s’ouvre dans un contexte diplomatique, social, sécuritaire, économique et politique, particulier. De la guerre à l’Est du Pays, le Président de l’Assemblée Nationale a demandé au Gouvernement de la RDC d’accélérer la Loi de Programmation Militaire pour doter les FARDC des moyens financiers et logistiques  conséquents pour faire face aux menaces sécuritaires ».

A ce sujet, Christophe Mboso a salué les efforts fournis par le Chef de l’Etat, Félix Antoine TSHISEKEDI, pour ramener la paix à l’Est. Ces efforts diplomatiques, et le suivi des engagements pris par les Chefs d’Etats et des Gouvernements, à travers le Mécanisme Régional de Suivi de l’Accord d’ Addis Abeba.

Les questions sociales, sanitaires avec le progrès enregistré dans la lutte contre la Covid-19, l’environnement, la sécurité alimentaire ont figuré en bonne place dans le Discours d’ouverture de cette session ordinaire.

Pour Christophe Mboso, « Cette session de Mars aura un agenda très surchargé avec des projets et propositions des lois, déclarés recevables, ou en cours d’analyse minutieuse dans des Commissions spécialisées de l’Assemblée Nationale. Le tout pour arriver à l’amélioration de la gouvernance économique, sociale, territoriale et du climat des affaires ».

Sur base de cet agenda fortement dominé par certaines réformes, le Président de l’Assemblée Nationale a cité certaines initiatives législatives à exploiter durant cette session : réforme électorale, la protection des droits de l’homme, l’amélioration de climat des affaires, la lutte contre la corruption. 

Et d’ajouter : « Les Congolais attendent un agenda législatif pour  lever les obstacles juridiques qui peuvent empêcher ou retarder la tenue des élections dans le délai  constitutionnel. La Loi Électorale doit être traitée en urgence, pour produire les textes capables de nous amener aux élections libres, inclusives et transparentes ».

C’est dans ce sens que Christophe Mboso a  lancé un appel pathétique aux femmes, en les encourageant et en les rassurant du soutien inconditionnel du Parlement , dans la mise en œuvre de la Loi de la Parité. Le président se dit plaider pour que certaines réformes soient faites, notamment promouvoir plus la transparence et l’inclusivite, qu’il ait une large représentativité des femmes et des jeunes au Processus électoral, car les femmes et les jeunes représentent  à eux seuls près de 70% dans ce Processus électoral.

La session a démarré certes avec des assurances du Speaker de la Chambre basse du parlement, mais les femmes restent éveillées et suivent l’évolution des évènements pour éviter des surprises désagréables.

Jean Pierre Katenda

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template