Redynamiser les directions techniques du ministère du genre et imposer la dimension famille et enfant, sont notamment les défis de la ministre Léonnie KANDOLO

WhatsApp-Image-2024-06-20-at-22.30.35

Partager:

La nouvelle Ministre du Genre, Famille et Enfant, Léonnie KANDOLO a pris l’engagement lors de la remise et reprise avec son prédécesseur , de continuer le travail qui a déjà été entamé. Tout en apportant un plus pour redorer l’image de ce Ministère.

Une bonne chose certes, mais les activistes des droits de femmes qui pour la plupart saluent sa nomination, estiment qu’elle a beaucoup de défis à relever à la tête de ce Ministère.

La Directrice exécutive de Afia Mama, Anny MODI se réjouit du fait que pour la première fois  qu’il ait  une très grande activiste à la tête du Ministre du Genre, Famille et Enfants. Pour elle, Léonnie KANDOLO fera face à quelques défis notamment, la redynamisation de toutes les directions techniques du Ministère.

“Toutes les directions techniques du Ministère du Genre, Famille et enfant doivent être redynamiser. Il y a précisément FONAFEM, AVIFEM, le Secrétariat permanent de la résolution 1325 et la direction de l’enfant. En tout cas, qu’on ressente la dimension famille et enfants de ce ministère”, a souligné Anny MODI.

Anny MODI estime aussi qu’il est important que la ministre ait les mains libres, pour que ce Ministère arrive à jouer son rôle qui est transversale .

« La ministre doit avoir les moyens de sa politique pour que sa vision soit réalisée et qu’une fois pour toute nous ayons un ministère du Genre, Famille et Enfants qui va accompagner d’autres Ministères sectorielles à mettre en place les cellules Genre”, à conclu Anny MODI.

Arnord SELENGE, coordonnateur de l’Ong Fawe croit qu’avec les prouesses de Léonnie KANDOLO démontrées dans le comité laïc, elle pourra bouger les choses face aux réalités que vit la femme, la famille et les enfants. “Le premier défi à relever par la nouvelle Ministre c’est d’abord de faire la promotion du Genre dans les institutions du pays. La femme en Général a un accès limité dans les instances de décision et nous croyons que si Léonnie KANDOLO peut faire des sensibilisations, des plaidoyers auprès des autres institutions, au près du gouvernement pour la prise en compte de la représentation conséquente de la femme dans les instances de décision cela aura un impact visible”, précise Arnold SELENGE Coordinateur National de FAWE.

Pour l’activiste Félicité KANKU, il y’a beaucoup de défis à relever par la nouvelle Ministre. “Madame KANDOLO a l’instrument. C’est la résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations-unies et la deuxième génération de plan d’action, c’est là son champ de bataille. Elle a aussi du pain sur la planche pour donner une autre image à ce Ministère. Que ça ne soit pas un Ministère où on regarde les femmes seulement au mois de Mars. Elle devra activer les points focaux dans tous les ministères pour que l’on sache le nombre des femmes qui sont Chef de Direction, chef de division, Secrétaire Générale, dans la police et même dans l’armée. Pourquoi les autres n’arrivent -elles pas ? faudrait-il qu’il ait formation pour y arriver ?… Voilà les défis à relever par notre nouvelle Ministre», a-t-elle suggéré.

Saluant la nomination de Léonnie KANDOLO dans le gouvernement SUMINWA,  Nathalie KAMBALA appelle la Ministre Du Genre à se pencher sur la situation des femmes qui continuent à être victimes de violences basées sur le Genre et dont la plupart vivent dans la précarité ou la vulnérabilité. D’où selon elle, la nécessité de les aider à accéder au crédit en vue de favoriser leur autonomisation.

À Nathalie KAMBALA d’ajouter qu’un autre défi que doit relever Léonnie KANDOLO est celui lié à la sous-représentativité des femmes aux postes de prise de décisions.  “Certaines lois ne favorisent pas l’émergence des femmes. il y a lieu pour la nouvelle Ministre d’envisager leur révisitation”, note Léonnie KANDOLO.

Maguy MBUKU

Mots clés :

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Solverwp- WordPress Theme and Plugin