Plus de 3 disparues et une tuée à Kinshasa: Les filles âgées entre 15 et 30 ans sont actuellement les principales victimes d’enlèvements

12-14-19-images

Partager:

Le phénomène enlèvement dont les jeunes filles sont victimes redevient fréquent dans la capitale Kinshasa.

Pas plus tard que ce lundi 07 Février 2022, une jeune femme non autrement identifiée a été tuée et jetée dans un caniveau vers poids lourds à la hauteur du Pont Bralima. 

Subitement, une vidéo où on la voit en vie assise dans un véhicule avec 4 autres filles, entrain de faire un selfie se partage sur les réseaux sociaux.

A voir la vidéo, la victime, habillé en blouse verte avec laquelle elle a été retrouvée morte, semble crispé alors que la conductrice du véhicule faisait son selfie. Rien d’une vidéo entre amies.

Chose qui amène les observateurs à demander l’identification et l’arrestation de ces filles sur la vidéo afin de comprendre le meurtre de cette jeune dame, jetté dans un caniveau avec aucune pièce d’identité.

Outre le meurtre, plusieurs autres disparitions des filles sont signalées à Kinshasa:

Depuis le 26 janvier, Nene Yowa n’est plus retourné chez elle. Elle serait aller visiter un de ses amis à kingasani, et puis aucune nouvelle jusqu’à ce jour. Le numéro de contact de sa famille est le (+243)977143465. 

La vie d’une autre jeune fille est en danger. Il s’agit de Léandre 14 ans, fille d’une certaine Tatiana. Elle est sortie le vendredi 04 Février dernier pour accompagner son amie. Depuis, elle n’est plus revenue. Sa famille alerte l’opinion afin qu’elle soit retrouvée saine et sauve.

Felly Alimasse 11 ans, est aussi portée disparue, après l’école. Les membres de sa famille lancent un SOS sur les réseaux sociaux, et demandent à ceux où celles qui la voit de les contacter au (+243)897911333.

Niclette BARAMOTO une autre portée disparue dont la photo a silloné sur les réseaux sociaux vient d’être retrouvée très affaiblie à Mitendi, à l’entrée de la province du Kongo-central et est entre les mains de la Police.

Selon son propre témoignage, elle avait été séquestrée de force dans une maison clôturée par un mur de plus de 5 mètres et par la grâce de Dieu , elle a survécu. Elle n’a pas été violentée et surtout que l’un de kidnappeur avait pris sa défense depuis le jour de l’enlèvement. 

Face à ce tableau dûment brossé, il y a lieu de s’interroger sur la sécurité de personnes et de leurs biens dans la ville de Kinshasa. Comment ces réseaux des kidnappeurs ne sont toujours pas bien identifier ? Le Commissaire provinciale de la Police Nationale Congolaise le Général Sylvano Kasongo doit multiplier les efforts pour démanteler ces bandits armés et les mettre hors état de nuire, car ces derniers éliminent plus les femmes et les mettent en insécurité.

Ceci est une occasion d’interpeller les parents, les jeunes filles surtout et les enfants.

Il est important aux parents de cultiver le dialogue avec les enfants pour mieux connaitre ce qu’ils font et leurs fréquentations. Aussi de répéter aux enfants de ne.pas faire confiance aux inconnus.

Aux filles d’éviter les taxis mais de privilégier les taxis-bus, tout en évitant de faire confiances aux inconnus, hommes comme femmes, car plusieurs jeunes filles sont utilisées pour des enlèvements.

Maguy Mbuku Muzembe 

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template