Levée mesure de notification imposée à la RDC pour achat d’armes : Les femmes pour un programme d’accompagnement.

IMG-20221222-WA0013

Partager:

La décision du Conseil de sécurité levant la mesure de notification imposée à la République Démocratique du Congo pour achat d’armes et matériels militaires, lors d’une plénière du conseil de sécurité des Nations-unies, tenue le 20 Décembre 2022 est saluée par la classe politique congolaise mais aussi par les femmes impliquées dans le processus de paix.

Ses héroïnes dans l’ombre qui travaillent sans relâche pour le retour de la paix à l’Est de la RDC se sont félicitées du travail abattu pour le plaidoyer ciblé et les actions stratégiques menées surtout aux côtés de la Monusco.
Ces femmes estiment qu’après le régime de notification, c’est maintenant la concentration sur la paix.
Elles estiment qu’il faut maintenant combattre effectivement les antivaleurs qui rongent l’armée congolaise pour en faire un corps. Il faut nourrir les militaires sur terrain et leur donner des soins médicaux. Il ne doivent pas chercher les médicaments. Et il faut retirer les officiers corrompus et affairistes.
Au Dela de ce qui a ete relevé, les femmes ajoutent qu’il faut aussi travailler pour conscientiser les communautés à ne pas se solidariser avec l’ennemi. Ne pas acheter les rations des militaires.
Pour elles, il faut mettre tout un programme d’accompagnement de la levée. C’est l’heure, selon elles, où les larmes de femmes vont se transformer en puissance.

Signalons que la résolution présentée au conseil de sécurité par la France a été adoptée à l’unanimité par les pays membres permanents.
Un mot, cette résolution est un ouf de soulagement pour les autorités congolaises qui peuvent désormais s’approvisionner en matériels militaires sans inquiétude et faire face aux différents groupes rebelles qui pillulent et violent les femmes et jeunes filles dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Christian Mukaya

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template