Concert Slam à l’Institut français de Kinshasa : Do Nsoseme a électrisé ses fans

IMG-20220329-WA0039

Partager:

Elle a fait plaisir à son public. Do Nsoseme Dora, slameuse congolaise vivant à Kinshasa, a électrisé la foule lors de son concert Slam qui a eu lieu le samedi 26 Mars 2022 au Centre culturel français de Kinshasa, plus connu sous le nom de Halle de la Gombe.

Débuté peu avant 19 heures, ce concert a vu l’artiste kinoise exploré plusieurs thèmes dans ses textes. Assise sur un box en bois, au début de l’événement, Do Nsoseme a interpellé le public sur les valeurs de l’humanité, la vanité du monde, la vie, la nature ou encore l’égalité des races :

‹‹ Le Nord n’est pas plus proche du paradis, le Sud n’est pas plus proche de l’enfer. Le monde est polychrome. Tout est vanité car tout a préexiste. L’homme aime les classes, et ainsi il classe toute chose. Ce qui ne change pas c’est la musique qui parfume la nostalgie ››, telles sont les quelques phrases pertinentes qu’elle a dites lors de ses déclamations.

Sensible à la paix, Do Nsoseme a invité le public à une minute de silence en hommage aux personnes qui meurent dans le monde particulièrement dans l’est de la RDC. Elle a ensuite fait partager un texte à plusieurs personnes dans le public, un document dans lequel est écrit un poème qui fait l’apologie à la Paix.

En chœur, Do Nsoseme l’a lu avec le public qu’elle a invité à se mettre debout. Durant tout le spectacle, l’artiste a ‹‹ joué ›› avec les mots, dans des textes bilingues ( lingala et français ), aux phrases remplis de rime.

Do Nsoseme a peint la vie quotidienne en République Démocratique du Congo, ses bonheurs et ses souffrances, elle a dénoncé les complots de Balkanisation contre le Congo, notamment dans le chant “Ici, c’est chez nous”, qui a fait soulever la foule avec des acclamations en faveur de l’artiste.

Le thème de la femme a été également évoqué, via le texte “Tu es appelée femme”, un chant dans lequel elle invite les femmes à s’affirmer, à réclamer leurs droits, à affronter la vie.

À la fin du concert Do Nsoseme a fait savoir à la presse que tout en jouissant de leurs droits, les femmes congolaises ont encore des combats à mener et doivent être accompagnées pour utiliser leurs potentiels :

‹‹ Les femmes sont fortes au Congo, nos mamans font vivre la société et tiennent en main les activités économiques du pays. Il faut que les femmes aillent loin, en se créant autant d’opportunités que les hommes, notamment dans le domaine professionnel où il y a plus d’employés masculins que féminins et cela passe aussi par l’instruction des femmes ››, a-t-elle dit.

Notez que ce spectacle a eu lieu en présence d’un public composé de différentes races et générations. L’on a noté également la présence de l’ambassadeur de Suède en République Démocratique du Congo.

Dave Ngonde

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template