Aide financière internationale à la RDC : «Qu’elle soit conditionnée par les mesures de lutte contre les violences faites aux femmes» dixit J.Mabunda

L’ancienne speaker de la Chambre basse du parlement Jeanine Mabunda Lioko propose que l’aide financière internationale que la RDC compte avoir soit conditionnée par les mesures prises par les pays pour lutter contre les violences sexuelles envers les femmes.

Elle a dit au cours d’un événement organisé par le National Democratic Institute (NDI). Dans son mot, la députée nationale a mis l’accent sur les initiatives qui ont porté leurs fruits dans son pays pour lutter contre les violences sexuelles liées aux conflits. Jeanine Mabunda a insisté sur le fait que des mesures beaucoup plus ambitieuses étaient nécessaires au niveau mondial.

Sachez que le NDI travaille à l’élaboration d’un mécanisme international qui assurerait que les auteurs des violences sexuelles et sexistes dans les conflits aient à répondre de leurs actes et soient jugés. Bien que des progrès aient été réalisés, l’absence de responsabilité pour les violences sexuelles et sexistes peut entraver la réconciliation, tout en affaiblissant l’État de droit et en sapant la solidité des institutions.

Jeanine Mabunda estime qu’il est nécessaire que les pays donnent aux individus les moyens de signaler les violences sexuelles et sexistes en toute sécurité et de manière anonyme.
En RDC, une ligne d’assistance téléphonique a été mise en place en 2014 et s’est avérée efficace, parce qu’elle permettait de signaler les faits mais aussi de créer un « espace sûr » où les femmes étaient entendues. Ceci est particulièrement important lorsque les femmes n’ont pas accès à un lieu où elles se sentent en sécurité.

Le signalement des violences sexuelles aiderait également les pays à mieux comprendre leurs problèmes et à y remédier. Certaines des initiatives les plus réussies sont conçues et mises en œuvre par la communauté, mais elles doivent s’appuyer sur l’État de droit. Mme Mabunda a ajouté que les victimes doivent avoir la certitude que la justice sera rendue si elles signalent des actes criminels.

L’élue de Bumba a exhorté tous les gouvernements à agir pour lutter contre les violences, le harcèlement et la discrimination envers les femmes, ajoutant que des discussions à l’échelle mondiale étaient nécessaires pour résoudre ces problèmes qui touchent beaucoup de personnes dans le monde. « La communauté internationale a un rôle à jouer, elle a déjà démontré par le passé qu’elle pouvait réagir et avoir un impact. Lier le soutien financier international aux améliorations apportées dans certains domaines est l’un des moyens par lesquels les organismes internationaux pourraient inciter les pays à agir pour lutter contre ce problème », a-t-elle plaidé.

« Aujourd’hui encore, les victimes de violences sexuelles et sexistes sont souvent stigmatisées, cela doit disparaître. Les pays doivent prendre leurs responsabilités et sensibiliser les populations à ces questions. Il est également essentiel que les magistrats soient formés au traitement de ce type d’affaires et que les auteurs de ces actes soient traduits en justice et aient à répondre de leurs actes », a-t-elle conclut.

Maguy Mbuku Muzembe

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

Affiche Tumile Pomoja
Anny Modi : Mobundeli ya basi
Julienne Lusenge – Mosungi ya Basi

Interviews

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières