Accouchement par césarienne: Un nouveau business dans les hôpitaux ?

Il était autrefois considéré comme l’ultime recours pour sauver la maman, le bébé ou les deux, mais depuis quelques années, l’accouchement par césarienne est trop fréquent dans les hôpitaux de Kinshasa.
Il est visiblement devenu un vrai business pour certains médecins véreux.

La césarienne qui est une pratique qui consiste à sortir l’enfant du corps de sa mère en faisant une incision à la matrice après l’ouverture de la paroi abdominale ne devrait être utile que pour des raisons bien précises.
‹‹ Pour procéder à la césarienne, il y a des indications maternelles, liées au fœtus et celles liées aux annexes, mais ici chez nous, elle est devenue un fonds de commerce pour certains médecins. ››, explique le Docteur Jean Marc Kalonji.

Ce caractère commercial des médecins véreux est démontré par non seulement la forte augmentation de la pratique de la césarienne dans certains hôpitaux même lorsqu’elle n’est pas indispensable, mais aussi par l’écart des frais à payer.

Si un accouchement normal peut coûter entre 10.000 et 60.000 Franc Congolais (5 à 30$) dans les quartiers périphériques de Kinshasa, la Césarienne varie entre 350.000 et 500.000 FC dans le même milieu, souvent dans les hôpitaux publics ou géré par les religieuses.
Dans les hôpitaux privés au centre ville de Kinshasa, les prix des accouchements sont encore plus élevés. Un accouchement normal peut aller de 200.000 à 500.000 FC ( 100 à 250$). La césarienne elle peut atteindre 1.000.000 de Franc Congolais soit 500$.
Tout ceci en cas de naissance d’un seul enfant, car pour les jumeaux la facture est encore plus pour les deux types d’accouchements.

Médecin spécialiste en chirurgie et accouchement au centre Les Experts, Jean Marc Kalonji Ntita désapprouve cette pratique et interpelle ceux qui profitent de l’accouchement pour enrichir le compte de leurs hôpitaux.
‹‹ La césarienne ne doit pas constituer un business dans les hôpitaux. Il doit y avoir des raisons précises pour passer à l’opération d’autant plus que le risque zéro n’existe pas, il y a des risques liés à l’anesthésie et à la césarienne elle même,il faudrait donc avoir une indication précise pour intervenir. À ceux qui le font abusivement, je les suggère de cesser avec cette pratique si cela ne s’avère pas nécessaire ››, a-t-il dit.

Elie Mbombo

Lire aussi

Laisser un commentaire

To Makeupé
Affiche Tumile Pomoja
Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières