Le grand rôle des femmes des sciences dans lutte contre le Coronavirus

Depuis 2020, le monde est secoué par la pandémie de Coronavirus qui continue à faire des milliers de morts. 

Les chercheurs du monde travaillent d’arrache pied pour trouver les voies et moyens de lutter efficacement contre cette maladie. 

Et dans cette lutte, les femmes et les filles qui se sont investies dans les sciences sont en première ligne de la réponse à celle-ci. 

Elles dispensent des soins de santé et procèdent à des innovations. Elles se livrent à des recherches sur les vaccins et sont des pionnières de certains traitements. Ces femmes et filles inspirent la prochaine génération de filles pour qu’elles deviennent des forces du bien en sciences et technologie.

Les femmes représentent 70% des travailleurs qui dispensent des soins de santé et des prestations sociales. Elles se font des places au cœur de la réponse à la COVID-19, même si elles sont souvent sous-représentées dans les prises de décision. 

Certains observateurs notent que ce sont les infirmières qui sont les héroïnes. 

Voici quelques unes de ces femmes et filles de la science :

Özlem Türeci est cofondatrice de Biotechnologie BioNTech. Elle n’est pas seulement une scientifique, mais également médecin, entrepreneure et leader dans le domaine de la santé mondiale. 

En 2020, sa société a développé le premier vaccin à base d’ARN contre la COVID-19 ayant été approuvé. 

Katalin Karikó, et son ancienne collègue Drew Weissman ont développé une méthode basée sur l’utilisation de mRNA synthétique pour lutter contre la maladie. Cette découverte est maintenant à la base du vaccin contre la COVID-19.

Anika Chebrolu, est une jeune scientifique qui a fait une découverte qui donnait la possibilité de fournir une thérapie contre le nouveau coronavirus. Anika Chebrolu, une Amérindienne qui déjà à l’âge de 14 ans, s’était lancée dans un projet dans le domaine scientifique dans sa chambre à coucher , initialement dans le but de trouver un traitement contre le virus de la grippe.

Elle a identifié une molécule conductrice qui peut se lier de manière sélective à la protéine spike du virus de SRAS-CoV-2 et potentiellement inhiber la multiplication du nouveau coronavirus. 

Megs Shah et Fairouz Ahmed, ont reconnu la nécessité d’utiliser de nouvelles technologies pour atteindre aussi facilement que possible celles et ceux qui ont besoin de services et pour permettre aux organisations de prestataires de services de se connecter de manière efficace aux survivantes de la violence domestique et de gérer les cas en mode virtuel.

La coopérative Parasol fondée par Megs Shah et Fairuz Ahmed sert à éduquer et à connecter les survivantes et celles qui ont besoin d’aide aux prestataires de services. Leur technologie innovante, inspirée de leurs propres expériences et éclairée par leur travail auprès des survivantes vise à offrir le confort et l’éducation que procurent les groupes de soutien aux populations les plus vulnérables affectées par la violence domestique.

Ramida « Jennie » Juengpaisal, conceptrice de produits numériques et développeuse front-end. En Thaïlande, cette jeune femme de 24 ans, a travaillé à la création d’un dispositif de suivi de la COVID-19 au niveau national qui rassemble toutes les informations disponibles sur le virus et a contribué à mettre fin à la diffusion d’informations erronées dès que la COVID-19 a commencé à se répandre. Ce « dispositif de suivi de la COVID par 5Lab » sur lequel Jennie a travaillé passe des informations sur les épidémies et les procédures de nettoyage ainsi que des éléments d’information cruciaux sur les endroits où il est possible de se soumettre à des tests et leur coût. 

Kizzmekia « Kizzy » Corbette est l’une des scientifiques d’avant-garde à l’origine de la recherche sur les vaccins du gouvernement des États-Unis. Kizzmekia Corbett fait partie d’une équipe au sein des instituts nationaux de la santé qui a travaillé à l’élaboration de l’un des vaccins dont l’efficacité est supérieure à 90 pourcent.

Ces femmes et filles de la science ont été présentées en marge de la journée  du 11 Février qui a pour but d’honorer les femmes de la science et d’encourager les jeunes à travers le monde, à faire des études scientifiques.

Tyty Mukuna

Lire aussi

Laisser un commentaire

Affiche #Respecte Moi
To Makeupé
Affiche 4e Edition – Kinshasa Strong Ladies
Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières