Le droit à l’avortement aux États-Unis menacé d’être annulé

IMG-20220504-WA0020

Partager:

Les Américaines vont-elles perdre le droit d’avorter ? C’est en tout cas vers cette situation que l’on se dirige. Une proposition de loi dans ce sens a été faite le mardi 3 mai 2022 par Kevin Stitt  gouverneur de l’État de l’Oklahoma, un des états dans la partie sud des États-Unis d’Amérique.

Ce gouverneur du parti républicain explique que sa loi va interdire à toute femme de son état d’avorter après six semaines de grossesses. Ce texte prévoit également l’autorisation à l’avortement par les corps médicaux en cas d’une grossesse issue d’un viol ou encore d’un inceste.

‹‹ Je représente la totalité des quatre millions d’habitants de l’Oklahoma qui, de manière écrasante, veulent protéger les enfants à naître ››, a écrit sur Twitter Kevin Stitt .

Et de poursuivre : ‹‹ Je veux que l’Oklahoma devienne l’État le plus pro-vie dans le pays ››, a-t-il dit en utilisant l’expression consacrée par les Américains qui sont contre l’avortement. 

Le constat a été fait il y a quelques mois, des milliers des texanes cherchaient des moyens d’avorter en passant par un texte similaire qui relit le Texas et l’oklahoma. 

Il sied de rappeler que cette proposition intervient au moment où une déflagration politique a eu lieu. Selon des informations aux Etats-Unis d’Amérique une majorité des juges américains étaient prêts à annuler l’arrêt Rôle.v. Wade portant protection du droit des américaines sur l’interruption des grossesses. La loi de Kévin Stitt reste sous examen jusqu’au 30 juin 2022.

Nathan Diamwete 

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template