Afriland – Lengela Kelasi
Afriland – Sara

Kinshasa : Une vidéo d’une femme passée à tabac choque les activistes des droits humains

Humiliee, frappée et déshabillée voilà l’essentiel d’une vidéo d’une femme qui a volée dans une boutique, filmée par un inconnu qui circule sur les réseaux sociaux depuis la semaine dernière. 

Ces images choquantes bouleversent les activistes des droits humains depuis sa mise en ligne. On y voit une femme, accusée de vol dans l’une des communes de la Ville de Kinshasa être agressée physiquement et sévèrement battues par plusieurs hommes et malheureusement par des femmes aussi. 

La victime, une jeune femme qui aurait volée dans l’un des marchés de la Ville De Kinshasa, n’a pas pu s’échapper. Elle a été attrapée par les jeunes qui l’ont passés à tabac sans pitié.

Alors qu’elle cherchait où se réfugier, elle s’est vue être refusée de l’aide même par des passants jusqu’à être totalement à poile sous l’œil impuissant de ces propres compatriotes. 

Une scène d’une rare violence qui a choqué bon nombre des femmes activistes. Elles déplorent cette manière d’humilier une femme de surcroît mère des familles jusqu’à balancer ces images sur les réseaux sociaux. Dans les différents groupes WhatsApp des femmes activistes, elles montent au créneau pour dénoncer cette autre forme de violence que subit la femme, bien qu’elle soit accusée de vol.

Brigitte Sharadi défenseur des droits des femmes déplore cette situation. Elle invite la police de proximité, le chef de rue et du quartier même les gens aux environs d’empêcher ce genre de situation.

Boscop Josée Rachidi de la Dynamique des femmes fortes de l’Union sacrée, se demande si le peuple congolais refléchit encore comme des êtres humains  ou il devient animal.

Pour Elle, une femme, voleuse ou pas ne peut subir ce genre de torture et d’humiliation, car ceux qui volent des millions ne sont pas inquiété.

Toutes  ces femmes appellent les autorités judiciaires du pays à faire toute la lumière sur cette affaire afin de punir au plus vite les auteurs de ces actes barbares.

La constitution congolaise interdit aux citoyens congolais de se faire justice. Et si les services de renseignement s’impliquaient pour identifier ces personnes cela permettra d’empêcher que pareille situation se reproduise dans l’avenir.

Cette femme n’est pas la première à vivre cette humiliation. Il y a trois mois passées, deux autres congolaises ont été également tabassées à mort et humiliées de la même manière pour avoir volée des mèches Kabelos dans un magasin à Brazzaville.

Maguy Mbuku Muzembe 

Partager via :

Lire aussi

Laisser un commentaire

Interviews

Actu d'Ailleurs

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières