Possibilité du “droit à l’avortement” en RDC? Yvette Ntumba s’y oppose 

Yvette Ntumba contre la possibilité d’un texte légal favorisant l’avortement en République Démocratique du Congo. La juriste et chef de division de la Régie des Voies Aériennes à l’aéroport international de Ndjili, à Kinshasa, a lors d’un entretien accordé au premier média des femmes en RDC, montré sa désapprobation à l’avortement en RDC et dans le monde. 

Pour elle, multiples conséquences sont lié à cette pratique. Elle évoque aussi, non seulement  la loi congolaise qui n’autorise pas l’avortement mais aussi des valeurs chrétiennes. 

L’avortement étant une interruption spontanée de  grossesse peut être involontaire autrement appelé une fausse couche, mais aussi volontaire. Ce dernier, selon Yvette Ntumba, ressort trois cas que sont: l’avortement provoqué par un médecin en cas de malformation sur le fœtus, l’interruption d’une grossesse issue d’un viol ou d’un inceste et l’avortement clandestin pour éviter la honte.

Qu’à cela ne tienne, l’avortement reste un crime face à la loi mais également vis-à-vis de Dieu, a dit Yvette Ntumba

« La conception que j’ai sur l’avortement est que premièrement c’est un crime et deuxièmement c’est un péché car en le faisant vous portez sur vos mains le sang d’un innocent qui n’a pas demandé de venir au monde. A cause de ta honte, tu te décides rapidement de l’expulser du ventre! », s’est-elle exclamé.

Cependant, Yvette Ntumba reconnaît que les jeunes filles congolaises pratiquent des avortements clandestins avec l’aide de certains médecins cupides et irrespectueux de leur déontologie médicale. Elles proposent ainsi des possibilités et stratégies aux autorités du pays pour éradiquer plus ou moins cette pratique et même les hôpitaux qui l’autorisent.

« Y-a-t-il un répertoire de tous ces centres hospitaliers du pays au ministère de la santé ? Peut-on répertorier les centres qui se trouvent dans chaque commune pour savoir ce qui s’y passent réellement ? D’abord commencons par ça.

Y-a-t-il un criterium bien établi pour pouvoir créer un centre hospitalier ? Quels sont les critères ? Qui peut le faire et qui ne peut pas ? Est-ce que tous les centres qui existent sont-ils agréés ? Je demande à nos autorités de durcir les conditions d’ouverture de centre de santé, ceci nous évitera des infirmiers autoproclamés médecins, des charlatans qui souvent sont à la base des avortements clandestins », a-t-elle martelé.

Retenons que le code pénal de la République Démocratique du Congo interdit l’avortement, mais un article du code de déontologie médicale le permet sous certaines conditions très strictes.

Nathan Diamwete 

Partager via :
Facebook
Twitter
WhatsApp
Telegram
Email
Imprimer
Lire aussi :

Laisser un commentaire

Accédez à POURELLE TV

50 Femmes qui inspirent: 4e Edition

Echo des Provinces

Inongo – Province de Maï Ndombe: Une embarcation échoue et cause 9 morts et  115 rescapés

People & Célébrités

Education Template