Adeline Ndiku de la Muffa/Barumbu octroie 1000 micro-credits pour feter avec les femmes

WhatsApp Image 2022-03-11 at 10.44.56

Partager:

La Mutuelle Financière des Femmes Africaines, MUFFA/ Barumbu a totalisé un an de son existence, depuis que le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi avait coupé le ruban symbolique pour inaugurer le siège de cette institution financière, l’année passée, le 8 Mars 2021.

Pour marquer d’un cachet spécial cet anniversaire, la Présidente du Conseil d’Administration de la Muffa, Adeline Ndiku Duini Museme a lancé le 8 Mars dernier, pour célébrer la Journée Internationale des droits des femmes, l’opération  « 1000 micro-crédits à donner aux femmes ».

C’est dans cette optique, que la PCA, a accordé une interview exclusive à www.pourelle.info, ce Jeudi 10 Mars 2022, pour scruter les mobiles de cette action noble en faveur des femmes, pendant ce mois leurs dédié .

Pour Adeline Ndiku, le projet initiateur de la Muffa concorde mieux avec le thème de JIF 2022 : « Promouvoir l’autonomisation des femmes et des jeunes filles,…On ne peut pas être autonomes sans argent ; on ne peut pas non plus être indépendant sans argent ; c’est pourquoi la Muffa a préféré accompagner les femmes pour qu’elles aient des activités commerciales, qu’elles prospèrent jusqu’à l’autonomisation financière ».

Et cette année 2022, la Muffa ,a poursuivi la PCA Adeline, « n’a pas voulu célébrer la journée du 8 Mars autour de pagnes à porter ou de réjouissances populaires, ni à continuer avec des réflexions interminables, mais plutôt en posant des actions, pour permettre aux femmes de matérialiser concrètement cette autonomisation sur terrain ». 

C’est pourquoi, la Mutuelle Financière des Femmes Africaines, veut directement donner de l’argent à la masse féminine que de transiter par des tierces personnes. Mais pour obtenir ces 1000 micro-crédits, il y a des conditions, a affirmé, Adeline Ndiku Duini : « Après l’analyse approfondie, la Muffa s’est rendu compte qu’il faut quitter l’étape  des dons en argent  parce qu’avec les dons, les femmes n’ont pas le temps de réfléchir sur les méthodes et les stratégies à mettre en place pour garder et fructifier cet argent. Quand on a l’argent facile, on dépense facilement, mais quand on a gagné l’argent à la sueur de son front, on cherchera par tous les moyens à ne pas faillir.

Ainsi, pour être bénéficiaire, la femme doit être d’abord membre de la Muffa, elle épargne régulièrement, et quand elle a un projet, elle dépose le dossier qui sera soumis à l’étude jusqu’au financement ».

En plus, a précisé la PCA Adeline, la femme doit exercer une activité commerciale. C’est ainsi que la Muffa recrute les femmes qui ont 22$ pour l’ouverture de compte, et être admissibles  à l’opération «  1000 micro crédits ».

Après une année de lancement des activités de la Muffa/Barumbu, l’effectif fait état de 3 vagues des personnes Bénéficiaires des crédits. Mais les grandes difficultés rencontrées sont entre autres: le manque de carte d’identité par beaucoup des femmes ,car sans cette pièce, c’est difficile d’être enregistrée à la Muffa; un grand souci pour atteindre les femmes ; le manque de Culture bancaire ; la peur de rembourser l’argent à temps suite à plusieurs déboires connues à Kinshasa et le faible pouvoir d’achat de ces femmes.

Pour finir, Adeline Ndiku Duini Museme, PCA de la Muffa/Barumbu, en ce mois de la femme, passe un message clair : « Éduquer une femme, c’est éduquer toute une nation. Si la nation  connait des failles aujourd’hui, c’est parce que la femme n’a pas reçu ni donné une bonne éducation. C’est pourquoi, en tant qu’epicentre de tout, la femme doit être financièrement autonome pour aider son foyer, éduquer ses enfants. La seule solution, c’est la Muffa avec ses différents produits : crédits, dépôts … C’est dans l’union et la solidarité, que les  épargnes rendront les bussiness  des femmes prospères ».

Pour le moment, la Muffa/Barumbu ne concerne que les femmes qui habitent la commune de Barumbu, avec le temps, elle pourra s’étendre dans d’autres communes et pourquoi pas dans d’autres provinces du pays, a promis la PCA Adeline Ndiku.

Jean Pierre Katenda

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template