Présence des Kasaïens au Grand Katanga : Voici les propos de Dominique Munongo qui ont créé la polémique

wp-1649264960418

Partager:

Une princesse qui crée la polémique. Dominique Munongo Inamizi pas très favorable à la présence croissante du peuple Kasaïen dans le grand Katanga. C’est en tout cas ce qu’a fait savoir cette femme politique du grand Katanga dans ses propos lors d’une émission télévisée face à la journaliste Paulette Kimuntu. La députée nationale a déploré la présence très croissante au Katanga de ces compatriotes ressortissants de l’espace Grand-Kasaï :

 ‹‹ Je le sens davantage, cette population qui vient du Kasaï. Vous avez d’ailleurs suivi comme moi le train qui a déraillé dernièrement avec une grande population venue du Kasaï. Les deux Kasaï se vident. Et je me demande pourquoi est-ce que les Kasaïens ne peuvent pas construire chez eux et aller simplement visiter les autres provinces comme moi je le fais ››, a-t-elle notamment dit.

Cadre de Ensemble pour le changement, Dominique Munongo a fustigé également le fait que certains Kasaïens ont amené leur culture culinaire au Katanga, notamment le fait de manger des chiens et des chats, une chose qu’elle trouve horrible.

‹‹ Il y a un problème. Quand les gens se déplacent comme ça c’est avec leurs us et coutumes. Et nous aussi nous avons nos us et coutumes. Chez nous on ne mange pas les chiens. D’ailleurs nous la tribu Bayeke on ne mange pas le poisson à la maison, je vous informe. Ces gens qui arrivent avec leurs pratiques, déjà nous on était habitué à voir les chiens et les chats comme nos amis, maintenant qu’on les découpe devant nos yeux je vous assure que c’est le choc. Ça choque nos mœurs, on est choqué depuis le début ››, s’est-elle lamenté.

Contrairement à ce qui se dit sur les Katangais, Dominique Munongo, dont le père fut ministre de l’intérieur à l’époque du gouvernement de Moïse Tshombe, a affirmé que les Katangais ne se sentent pas supérieurs aux autres Congolais.

‹‹ Nous réclamons simplement ce qui nous est dû ››, a-t-elle dit.

Notez que le lundi 4 Avril 2022, l’acteur politique Médard Kankolongo a déposé une plainte au parquet près la cour de cassation contre Dominique Munongo pour propos séparatistes et outrageants à l’égard des Kasaïens.

Dave Ngonde 

Partager:

Articles similaires

1 thought on “Présence des Kasaïens au Grand Katanga : Voici les propos de Dominique Munongo qui ont créé la polémique

  1. Le Kasaïen Déclarée Persona Non Grata au Katanga : Propos Insultants ou Eduquants ?
    De prime abord, tout psychoéducateur conviendrait avec moi que Dominique Munongo souffre de l’inconscience. En guise de rappel, l’inconscience se définit, dans le cas de l’espèce, comme étant l’ignorance totale de la part de cette dame de comprendre à sa juste portée l’anathème qui frappe au quotidien la population congolaise non seulement sur son territoire mais aussi partout ailleurs. Le Congolais est devenu un vagabond au point de se faire accepter difficilement où il va tout simplement puis qu’ils portent l’étiquette ‘’Congolais’’. Le fait que Dominique Munongo soit dans l’impossibilité de s’éduquer pour nourrir sa conscience des faits traumatiques que vit le Congolais chaque jour démontre à suffisance sa nervosité. Au lieu de s’en prendre illogiquement à une strate de Congolais frappée d’indigence comme bien d’autres, Dominique Munongo, en sa qualité de députée provinciale, devrait par contre chercher à comprendre les causes qui justifient cette mobilité tant sur le plan national qu’international pour y remédier. Il est très facile de s’attaquer aux Kasaïens. Cependant, elle ne sera jamais capable de rendre aux Katangais qu’elle représente tous les services qu’ils attendent d’elle. Les Chinois vivent paisiblement au Katanga. Ils y abattent les Chiens, torturent les Katangais sous toutes les formes. Ils n’ont jamais été l’objet d’une telle haine. Beaucoup de personnes d’origines obscures font la loi au Katanga. Certains ont même abattu les fils du et filles de cette province. Dominique Munongo n’en a jamais parlé et n’en parlera jamais. Dominique Munongo ne sait pas que le Kasaïen est un Congolais au sens de la législation de la RDC. Comme tel, il jouit du droit de vivre librement sur n’importe quelle partie du territoire congolais. Le Kasaïen est parmi les architectes du Katanga. Si elle ne souffre pas d’amnésie rétrograde, Dominique Munongo se souviendra que les fils du Kasaï dont Kalala, Kazadi, Bwanga Le Ballon D’Or, Mukombo et bien d’autres ont élevé le Katanga aux cimes de cette planète à travers le Tout-Puissant Mazembe. Cet exemple n’est qu’un parmi tant d’autres. La grande question que nous nous posons est celle de savoir s’il y a des psychologues et des psychiatres en RDC. Une femme du genre de Dominique Munongo dont la folie est manifestement visible devrait passer une partie de sa vie dans un hôpital psychiatrique. Permettre à cette femme démoniaque de continuer à exposer sa santé mentale morbide au public prouve que la RDC est une horde sauvage où tout est possible.

    Nonobstant l’aspect péjoratif de ce langage malsain, les injures publiques que profèrent le Katangais à l’endroit du Kasaïen constituent un message de rappel à l’Administration actuelle ; elle doit servir le peuple Congolais au lieu de l’exploiter. Le peuple Congolais en général est devenu un peuple nomade, brutalisé et déshumanisé. Où donnera-t-il la tête ? Par le canal de l’honorable Dominique Munongo, le Katangais demande à Felix Tshisekedi d’améliorer les conditions de vie dans l’espèce Grand Kasaï et dans toute autre partie de la RDC pour freiner cette hémorragie migratoire en crescendo. Il est inconcevable que Felix Tshisekedi qui a une fois défini le Kasaï comme la prunelle de son œil ne sympathise pas avec la misère de son peuple sans cesse grandissante. Si Felix Tshisekedi pense que certains Congolais de mauvaises foi ont détruit le Kasaï, que fait-il pour remédier à ces maux ?
    En conclusion, les problèmes auxquels la RDC se confronte sont hérités de la colonisation. Pour bien exploiter le Katanga, le colon belge avait jugé raisonnable d’impliquer les non-Katangais. En les détachant de leurs milieux d’origines, ces non-Katangais dont les générations se sont succédées ont perdu contact avec leurs terres et cultures natales. Comme le disait une fois le feux Nyerere, l’ex-président Tanzanien, s’il faut chasser les Non-originaires d’une certaine région, que leur départ s’accompagne aussi de tout ce qu’ils ont apporté comme expertise. Cette attitude négative à l’endroit du peuple Kasaïen servira de leçon à tout Congolais.

Laisser un commentaire

Education Template