Vente des légumes à Kinshasa : Dorcas Mbuyi explique les raisons de la hausse des prix de cette denrée

IMG-20220831-WA0002

Partager:

Les légumes sont une des denrées les plus consommées en RDC, notamment à Kinshasa. Mais il a été constaté une augmentation du prix de cette denrée alimentaire sur les marchés de Kinshasa la capitale.

Pour en connaître les raisons, nous avons rencontré une vendeuse de cet aliment dans la commune de Ngiri-Ngiri sur la grande avenue Saïo, Dorcas Mbuyi c’est son nom. Cette dernière qui vend également les feuilles de manioc, les feuilles de patates douces, les feuilles d’amarantes, les choux chinois, l’oiselle et les épinards, nous a fait savoir les raisons de cette hausse des prix. Avant cela, elle a renseigné que c’est au site agricole de Saïo dans la commune de Kasa-Vubu qu’elle s’approvisionnait, mais  actuellement les acheteuses ont été délocalisées du côté du camp Kokolo derrière la Cité  Oasis. Pour elle, c’est cette délocalisation qui favorise la hausse des prix des légumes :

« Depuis que le champ a été délocalisée vers le camp Kokolo, le prix des légumes a augmenté, parce que les maraîchères n’ont plus  assez d’espace pour cultiver le champ, cela fait que l’hectare qu’on achetait à 50.000 FC coûte actuellement 80.000 voire 100.000 FC et si tu refuses d’acheter, une autre personne va le prendre sans hésiter car les légumes sont devenus rares. Actuellement je vends une botte de légume à 1000 FC et 1500 FC pour un petit bénéfice, parfois y a pas aussi de bénéfices ››, a-t-elle raconté.

Dorcas Mbuyi demande au gouvernement de la République Démocratique du Congo de mettre à leur disposition des espaces de champ pour faire l’agriculture de façon optimale afin de vendre ces légumes et autres denrées à  des  prix abordables :

« Je demande  avec insistance que le gouvernement nous donne des terres arables pour cultiver en paix car cette activité nous permet de répondre aux différents besoins de nos familles. C’est grâce à la vente des légumes que je paie mon loyer, mes factures d’électricité et d’eau, je nourris et scolarise mes enfants. Mais pour l’instant y a plus d’endroits pour cultiver nos produits et qu’allons devenir ? » a-t-elle dit.

Notez que Dorcas Mbuyi est mère d’enfants mais femme célibataire. C’est grâce à ce commerce de légume qu’elle arrive à subvenir aux différents besoins de sa progéniture.

Hornella Ngonga

Mots clés :

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template