Témoignage de Sophie Malendele, une fistuleuse venue de Kikwit

Témoignage de Sophie Malendele, une fistuleuse venue de Kikwit

« J’ai connu ce problème après mon premier accouchement. Lorsque je suis rentrée à la maison , j’ai constaté qu’un liquide coulait de mon appareil génital et j’ai informé mon mari. N’ayant aucune information et ne connaissant pas la maladie , il m’a dit peut-être que cela est dû à mon premier accouchement.» Confie Sophie Malendele.

Malgré sa situation, Sophie n’a pas abandonné et a voulu poursuivre le cours normal de sa vie.

«Après mon repos de maternité, j’ai repris le chemin de l’école malgré ce malaise mais tout mon entourage ne voulait plus de moi parce que je dégageais une mauvaise odeur. Ceci ne m’a pas empêché d’avoir encore des enfants, j’en ai eu deux autres » explique-t-elle.

Après deux nouvelles maternités, la situation de Sophie s’est empiré, et elle a commencé à s’informer sur sa maladie.
« C’est bien plus tard que j’ai su j’étais fistuleuse. Aujourd’hui je me retrouve dans cet hôpital parce que j’avais appris aux informations qu’à Kinshasa , la maladie de la fistule obstétricale est soigné gratuitement , c’est ainsi j’ai quitté la province de Kikwit pour la capitale.

Actuellement ma situation s’améliore et j’attends l’intervention chirurgicale», a témoigné Sophie Malendele.

Christelle Labu

Laisser un commentaire