Relation belle-mère et belle-fille, un vrai problème dans la société congolaise!

Relation belle-mère et belle-fille, un vrai problème dans la société congolaise!

Rivalité ? Guerre de positionnement? ou simplement de la jalousie? En tout cas, ces questions valent au regard des relations souvent tendues existantes entre belles-mères et belles-filles en République Démocratique du Congo.

Si certaines jeunes femmes ne sont pas acceptées par leurs belles-mères avant le mariage, d’autres par contre découvrent ce rejet alors qu’elles sont déjà dans le mariage.

Qu’est-ce qui divise réellement ces deux femmes ? Pourquoi il y’a souvent mésentente entre celles qui devraient, au contraire, vivre en parfaite harmonie étant unies autour d’un seul homme? Autant des questions qui demeurent en suspend.

Dans les rues de Kinshasa, les avis restent partagés selon les générations.

Certaines femmes, belles-mères de leur état ont affirmé avoir toujours eu des bonnes relations avec leurs belles-filles.

Maman fifi vendeuse et mère de deux garçons tous déjà mariés, dit considérer ses belles-filles comme ses propres enfants.

Maman charly, se dit être aussi cette bonne belle-mère. Pour elle, sa belle-fille reste avant tout sa fille, « je lui prodigue même des conseils sur comment vivre avec son homme et la traite avec amour et affection maternelle, car j’estime qu’il n’y a que de l’impolitesse et le manque de considération qui peuvent créés un conflit entre nous », nous a-t-elle confié.

Du côté des jeunes filles ou actuelles belles-filles, un autre son de cloche.

Daniella 32 ans confie qu’au début de sa relation avec son mari, sa belle-mère se montrait gentille, mais au fil de temps, elle est devenue son pire cauchemar, « ma belle-mère veut à tout pris que j’exécute ces instructions dans mon foyer sans même en discuter et c’est de là que tout est partie» nous a laissé entendre.

Par ailleurs, il faut noter qu’il y a des familles où les choses se passent différemment, l’on assiste à une bonne complicité entre belle-mère et belle-fille. 

Une enseignante qui a requis l’anonymat précise que sa défunte belle-mère la traitait bien et c’était vice-versa, plusieurs n’en revenait pas.  « Jusqu’à ce jour je regrette la disparition de ma belle-mère. Elle était pour moi une mère, une avocate et d’un grand soutien pour mon foyer», a-t-elle confié.

Il y’a lieu de noter que plusieurs facteurs suscitent des tensions  entre belle-mere et belle-fille notamment la non procréation du couple ou encore l’excès d’attachement d’une mère à son fils, par conséquent la belle-fille est considéré comme une rivale.

Qu’à cela ne tienne, il est préférable que la belle-fille s’humilie et fasse preuve de beaucoup de sagesse face à sa belle-mère, question de preserver la paix et l’harmonie familiale.

De son côté, la belle-mère devra être compréhensive vis-à-vis du nouveau statut de son fils, ce dernier étant obligé de faire le bonheur de son foyer, sans rejeter sa famille biologique bien-sûr.

En conclusion, la relation entre belle-mère et belle-fille exige que des concessions soient faites de part et d’autre.

Valérie Ntumba

Laisser un commentaire