Nadine Kantu Paradis :« vendre au stand d’une kermesse me fait gagner environ 150% de bénéfice »!

Nadine Kantu Paradis :« vendre au stand d’une kermesse me fait gagner environ 150% de bénéfice »!

A Kinshasa, pendant les grandes vacances, une période allant du début du mois de juillet à la fin d’août, quelques cours d’écoles et terrains se transforment en foires ou fêtes de charité en plein air, communément appelées kermesses.

Celles-ci sont érigées avec des matériaux démontables, sur autorisation des autorités municipales.

Sur ce, la rédaction de PourElle.info s’est intéressée à la «Kermesse de l’Unité » en plein construction à la hauteur du terrain Comète dans la commune de Lingwala.

Sur place, nos reporters ont approché Nadine Kantu Paradis, commerçante de son état, afin d’avoir une idée sur la rentabilité de cette activité.

PourElle.info: Pourquoi vous avoir procuré un stand?

Nadine Kantu Paradis: Les grandes vacances sont une période de beaucoup de trafic. Lorsqu’une kermesses ouvre ses portes, il y’a les visites de plusieurs catégories des personnes, qui, généralement sont attirées par des concerts ou productions des stars de musique et de cinéma. A l’instar de Fally Ipupa, JB Mpiana, Werason Ngiama, Lady Nzongo Esobe… Cette foule est d’office notre clientèle. D’où notre intérêt sur l’achat d’un stand à cette kermesse.

PourElle.info : A combien revient le prix d’un stand à la kermesse de l’Unité ?

Nadine K.: J’ai dû débourser 650$ pour posséder mon stand. Mais il y en a aussi pour 700$.

PourElle.info : Les produits que vous vendez se différencient-ils de ceux commercialisés ailleurs?

Nadine K.: Oh non! Ce sont plutôt les mêmes vendus partout dans la capitale. Mais seulement chacun a sa touche dans la présentation et dans la préparation s’agissant des aliments comestibles.

PourElle.info : Quel profit tirez-vous en vendant dans une kermesse?

Nadine K.: Vendre au stand d’une kermesse me fait gagner environ 150% de bénéfice. Nos prix sont majorés selon différentes productions musicales ou autres. Les visiteurs ont souvent des portes-monnaies remplis.

PourElle.info : Avez-vous d’autres faveurs qui facilitent le travail ?

Nadine K.: Bien sûr que oui! J’ai droit à un stand prêt pour le commerce. C’est à dire un stand doté des outils comme des chaises et quelques casiers de boissons. En plus, je suis exemptée des taxes de la ville. Et surtout, la sécurité est assurée.

Nadine Kantu Paradis est parmi des milliers des femmes et hommes de Kinshasa qui font des grands profits dans ce commerce occasionnel appelé Kermesse, pendant les vacances du mois de juillet. Et les Kermesses, on en trouve presque dans toutes les communes de la capitale RDCongolaise.

Guez Nyssi

Laisser un commentaire