La CPN, une pratique qui epargne les femmes enceintes des dangers liés à l’accouchement

IMG-20220502-WA0048

Partager:

La CPN n’est qu’une abréviation, qui signifie « consultation Prénatale ». Le terme CPN désigne donc l’ensemble des consultations que doit  suivre une femme enceinte pour l’évolution de sa santé personnelle et celle  de son  bébé. 

Le desk santé de votre média a rencontré Djeny Mujinga, Infirmière au centre  hospitalier Mpongo, pour échanger sur la question. Cette dernière a fait savoir que les consultations prénatales sont d’une importance capitale dans la mesure où elles épargnent les  femmes enceintes des conséquences néfastes liées à la grossesse tels que des maladies urogénitales, des anémies, et peut faire connaître la voie d’accouchement.

Djeny Mujinga

« Vue la position de votre enfant dans le ventre vous pouvez savoir si l’accouchement se fera par voie basse ou par césarienne, c’est pendant la CPN qu’on le sait. Mais si vous n’avez pas fait le suivi et qu’une césarienne vous surprend ce n’est pas du tout agréable. En dehors de cela, les femmes enceintes sont exposées à beaucoup des maladies, notamment l’anémie et des infections sans toute fois le savoir, grâce à la CPN l’on peut les découvrir et y remédier avant qu’il ne soit trop tard  », a-t-elle expliqué.

Selon l’infirmière  Djeny Mujinga lors des consultations prénatales, les professionnels de santé donnent aux  femmes enceintes des renseignements ou des informations appelés “éducation  sanitaire”.

« Nous leurs donnons aussi des produits tels que des suppléments martiaux, un produit pour la supplémentation du sang, des vermifuges, des produits contre la malaria, des moustiquaires, des kits d’accouchement et autres », a dit l’infirmière.

Par ailleurs l’infirmière Djeny Mujinga conseille  aux femmes une fois  enceintes  de contacter les personnels de santé pour une prise en charge afin d’éviter d’être exposer à des conséquences néfastes pendant la grossesse ou le jour  même de l’accouchement.

« Nous vous exhortons de consulter le personnel de santé pour suivre l’évolution de votre grossesse et puis éviter l’auto médication. Rendez vous à l’hôpital en cas de fort malaise, ne demandez pas l’avis d’une voisine qui n’est pas corps médical qui pourra vous induire en erreur », a-t-elle conseillé.

Retenons que, c’est généralement à partir de 3 mois qu’une femme peut débuter ses consultations prénatales.

Hornella Ngonga 

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template