Com Exkluziva

JM de la Musique : Barbara Kanam déplore le manque d’infrastructures à la hauteur des acteurs culturels congolais

En ce 21 Juin où le monde célèbre la journée mondiale de la Musique, certains artistes font l’état de lieu de la musique en République Démocratique du Congo.

La rédaction de POURELLE.INFO a approchée la diva de la musique congolaise, Barbara Kanam.

POURELLE.INFO : Quelle est l’apport de la musique dans le développement de la RDC?

BARBARA KANAM : La musique en RDC sert et à toujours servit de miroir et de porte étendard même au moment où politiquement le pays était isolé et divisé! Grâce à elle, le Congo est resté présent sur la scène internationale et a toujours unit notre peuple au delà de nos divergences.

PI : Quelles sont les difficultés que vous rencontrées dans votre métier ?

BK : Ce que je déplore, ce qu’il n’y a pas d’infrastructures en réalité à la hauteur des acteurs culturels congolais.

Nous continuons à livrer des concerts dans des lieux privés et pas souvent adéquats, pas aux normes requises, nous n’avons pas de studios professionnels, nous souffrons de pirateries récurantes, quasi d’abandon et sur le plan social nous sommes livrés à nous-mêmes … … Finalement à quoi sert le fond de promotion culturelle? Que l’on restitue au moins à la culture son palais et sa place.

PI : Est-ce que la femme a encore de la place dans la musique congolaise ?

BK : A mon avis, la femme a toute sa place dans la musique. Mais, il lui manque juste des vrais promoteurs et des véritables mécènes.

Barbara Kanam souhaite que les artistes musiciennes soient réellement accompagnées professionnellement pour émerger davantage.

Maguy Mbuku Muzembe

Partager via :

Lire aussi

Une réponse

  1. Merci à toi Barbara et que vive notre musique, malgré toutes ces difficultés vous nous faites plaisir.

Répondre à MUNTU WA ZAMANI Annuler la réponse.

To Makeupé
Affiche Tumile Pomoja

Interviews

Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières