Chikugunya: Une maladie sans médicaments ni vaccin ,un vrai désastre pour les victimes

Chikugunya: Une maladie sans médicaments ni vaccin ,un vrai désastre pour les victimes

Le virus chikungunya est une maladie transmise par un moustique de la famille Aèdes qu’on retrouve autant dans le milieu naturel que domestique mal entretenu et humide .
Un nom d’origine swahili qui signifie marcher courbé, le chikungunya déforme les articulations des personnes infectées et les paralyse pendant des semaines .

L’épidémie de chikungunya, un vrai désastre que Mélanie Kabwe a vécu durant un mois et demi .
Vendeuse et habitant la commune de Mont ngafula, la victime relate les faits
« Je m’apprêtais à aller vendre au coin de mon avenue quand soudainement j’ai senti une forte fièvre et de vertige. Je suis tombé et mes enfants m’ont conduit à un dispensaire. Le médecin m’a dit que j’avais la malaria, mais la douleur que je ressentais ,les vomissements et la fièvre, suscitaient des doutes sur la véracité du diagnostic . C’est une voisine qui m’a chuchoté que ça pourrait être chikungunya. C’était ma première fois d’attendre ce nom et même mon médecin» témoigne-t-elle.

Après deux semaines de traitement contre le paludisme la souffrance persistait. C’est à l’Institut nationales de recherche biologique, INRB en sigle, qu’elle a pu passer son examen gratuitement et avoir un traitement pour combattre les symptômes et non le virus chikungunya.
D’où l’inquiétude de Mélanie qui ne sait toujours pas si elle est exposée à revivre encore ce calvaire qui a ruiné son commerce .
« Je n’ai plus d’économie, le traitement symptomatique m’a dépouillé de toutes mes économies. J’ai recouru à ma voisine pour poursuivre mon traitement » se lamente-t-elle.

Par ailleurs en attendant le vaccin et le médicament qui peuvent detruire le virus de chikungunya, le Docteur Antoine Mukumba recommande à la population congolaise d’assainir leur milieu d’habitation afin d’empêcher la reproduction des moustiques. Il lance un appel au ministère de la santé pour une bonne prise en charge de cette maladie qui touche des milliers de personne et qui peut être mortelle dans certaines circonstances.

Laisser un commentaire