Autonomisation financière de la femme à Kinshasa: FINCA outille les femmes maraîchères du Camp Luka

IMG-20220323-WA0025

Partager:

En marge de ses activités concernant le mois de la femme, l’institution financière FINCA a organisé une rencontre et un débat au sein de la salle paroissiale Saint Philippe au Camp Luka dans la commune de Kintambo avec les femmes maraîchères de ce quartier de Kinshasa.

Ceci avait comme but d’inculquer à ces femmes des notions de base sur l’éducation financière.

Cette rencontre-débat a tourné autour du thème « L’autonomie de la femme« . Il consistait notamment à encourager et éveiller la femme sur ses responsabilités. Renatte KISILA, formatrice et agent marketing à FINCA, a éveillé la conscience des femmes maraîchères avec des enseignements sur l’éducation financière, la gestion financière et l’épargne avec comme but de les pousser à sortir le meilleur d’elles.

Les femmes maraîchères ont compris comment établir un programme avant d’engager les dépenses et ensuite comment  épargner.

Ces enseignements ont ajouté un plus à ces femmes maraîchères qui ont souvent engagé des dépenses sans penser à l’épargne. 

À la fin, quelques femmes aussi ont partagé leurs expériences sur l’épargne, et un jeu de questions reponses entre Renatte KISILA et les femmes maraîchères a eu lieu.

La Directrice de Risques de FINCA, Colette Likinda, était également de la partie. Sa présence a occasionné une immense joie auprès des femmes maraîchères. 

Colette Likinda a fait savoir à leurs hôtes que les femmes représentent plus de la moitié de la clientèle de Finca et au sein de cette institution financière les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Grâce aux “services financiers” de FINCA, les femmes sont devenues le principal soutien de plusieurs ménages, qui sont nourris, scolarisent leurs enfants et ont des logements décents.

Cette dernière a offert quelques cadeaux à ces femmes agricultrices. Il s’agit notamment de 4kg de grain de gombo, des épinards, des amarandes, les arrosoirs, les houes et les râteaux.

Un acte qui n’a pas laissé les femmes maraîchères indifférentes. Elles ont exprimé leur joie par des chants, des acclamations, et ont demandé à l’institution financière FINCA de multiplier ces visites dans leur commune.

Colette Likinda a précisé que cette œuvre de charité ne s’arrêtera pas seulement au Camp Luka.

Grâce Ngoma.

Mots clés :

Partager:

Articles similaires

Laisser un commentaire

Education Template