Violences à l’Est de la RDC : Les femmes du mouvement EKOKI ont marché ce samedi

Annoncée le 15 mars dernier par la structure EKOKI INATOSHA lors de sa sortie officielle, la marche pacifique pour dénoncer les massacres et les violences qui sévissent à l’Est de la RDC a bel et bien eu lieu.

En effet, l’Asbl EKOKI- INATOSHA, chapeauté par Marie-Josée Ifoku, a appelé ce samedi 3 avril la population congolaise à se lever et marcher pour dire NON aux cruautés qui ont élus domicile à l’est de la RDC.

Et pour cela, les organisatrices se sont données rendez-vous dans le district de la Tshangu où ils ont été rejoints par des femmes, des hommes et des jeunes.
C’est aux environs de 10h que cette marche a débuté. Elle est partie de la route Siforco, en passant par le boulevard Lumumba et le boulevard kimbuta pour chuter à la Place sainte thérèse.

Arrivé au point de chute plusieurs cadres de cette ASBL ont pris la parole pour dénoncer tous les actes ignobles que subissent les femmes dans la partie Est de la RDC et ont appelé à un changement.

La coordinatrice de la structure « EKOKI » a d’abord remercié les autorités du district de la Tshangu pour avoir bien voulu que cette marche se déroule sur leur terre. Puis ses remerciements sont allés vers le gouverneur de la ville province de Kinshasa qui a autorisé cette marche, ensuite elle a remercié le Président de la République pour son engagement dans la lutte contre les violences faites aux femmes à l’est du pays.
Marie-Josée Ifoku a appelé le peuple congolais à être responsable et à soutenir cette lutte qui n’est pas que celle des femmes mais de tout un peuple.

‹‹ Aujourd’hui je ne suis pas venu condamner les dirigeants mais plutôt le peuple congolais qui continue à rester indifférent et se laisse berner par les mensonges des dirigeants qui nous gouvernent ››, a t-elle dit.

Et d’ajouter : ‹‹ Aujourd’hui nous femmes d’EKOKI, INATOSHA sommes venues montrer que nous sommes engagées à mener jusqu’au bout ce combat afin que la paix règne à l’Est de la RDC. La femme est porteuse de vie, elle doit être respectée et non violée et tuée ››.

Notez que cette marche a prit fin avec une prière faite par des pasteurs notamment le représentant légal des Églises de réveil au Congo Dodo Kamba. Tous,sous forme d’une déclaration ont fait cette prière pour dédier le sort de la République Démocratique du Congo entre les mains de Dieu.

Olivier Mukengeshayi

Lire aussi

Laisser un commentaire

Affiche #Respecte Moi
Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières