Ouverture session CES, Angele Makombo prête à se remettre au travail:

Ouverture session CES, Angele Makombo prête à se remettre au travail:

A l’issue de l’ouverture de la session extraordinaire au Conseil Économique et Social, Angèle Makombo se dit prête à se remettre au travail pour formuler des recommandations à l’endroit du Gouvernement de la RDC, face à la situation socio-économique de la population.

Interrogée par votre média au sortir de l’ouverture de la session, elle a précisé que cette session va tabler sur l’amélioration des conditions de vie des congolais qui reste calamiteuse jusqu’à ce jour.

Saluant le discours du président du CES, Angèle Makombo a indiqué que leur institution est déterminée a atteindre la mission lui assignée. « Je salue le discours du président du conseil économique et social, dans lequel il a parlé de tous les secteurs de la vie nationale. Nous sommes prête à nous pencher sur toutes les questions évoquées afin de faire des bonnes analyses, et formuler des recommandations à l’endroit du président de la république mais également à l’assemblée nationale, au sénat et à nos provinces » a-t-elle dit.

Pour cette femme politique, en cas d’une question jugée cruciale, les citoyens congolais ont le droit de signer des pétitions pour demander au CES de se saisir de la question.

La conseillère Makombo espère par ailleurs que le regime en place, doit prendre en compte des recommandations proposées par le CES, tout en regrettant que les dernières recommandations formulés au régime passé, n’ont pas été considérés. « Nous avons été investi en 2014. Mais malheureusement le régime passé n’a pas suivi nos recommandations. Nous espérons qu’avec le nouveau régime, certaines de nos recommandations seront retenues » a-t- elle noté.

Et parlant du Projet Transaqua, Angèle Makombo a laissé entendre qu’ils sont absolument, tous, au niveau du conseil économique et social, décidé à hausser le ton. Car « c’est l’avenir de notre pays qui est en jeu » souligne t-elle.

Elle a en outre, invité les congolaises et congolais à prendre les questions évoquées à bras le corps en appelant la presse à alerter l’opinion pour faire échos de ces questions importantes.

Christian Mayimona

Laisser un commentaire