‹‹ Nous voulons montrer à la face du monde que les femmes congolaises sont déterminées ›› dit Patricia Maisha

La coordonnatrice du REDIC (Réseau pour le Développement intégral du Congo), Patricia Maisha Ishingwa était également présente à la conférence de presse organisée par les associations féminines ce 1er avril au quartier Joli Parc à Kinshasa.

À la fin de cette rencontre cette experte au chapitre Agoa en RDC, a livré ses impressions au micro de POURELLE.INFO.

Satisfaite du déroulement de la conférence de presse et du message passé par les femmes, Patricia Maisha estimé que cette rencontre est un succès pour toutes les femmes congolaises.

‹‹ Ceci est une manière de montrer à la face du monde que les femmes de la RDC sont déterminées à revendiquer leurs droits, elles sont unies, une unité dans la diversité. Avec cet élan je pense que la parité sera effective en RDC. Les hommes doivent comprendre que l’article 14 doit être considéré et mis en application comme les autres articles sans débat ›

A-t-elle dit.

Par ailleurs, Patricia Maisha demande aux hommes d’accepter que les femmes jouissent de leurs droits. Elle reste optimiste sur la promesse du chef de l’État, à propos du quota de 30% de femmes au gouvernement.

Pour celle qui est également Vice-présidente de Sansafa, ce quota promis est acquis mais ne veut pas dire que les femmes vont baisser les bras car toutes les femmes congolaises ne seront pas des ministres, des mandataires, des chefs d’entreprise ou membres des cabinets à la présidence ou aux ministères. Et donc la parité doit être ressentie à « tous les niveaux « .

Pour elle les hommes dans les partis politiques sont de mauvaise foi, car ils utilisent les femmes pour juste embellir leurs activités mais refusent de les promouvoir aux postes de prise des décisions.

Patricia Maisha insiste sur l’autonomie de la femme car elle peut briser le plafond de verre et rompre la stigmatisation qu’il y a autour des femmes notamment en politique où pour accéder aux grands postes certains hommes cherchent les femmes qui sont à leur solde, à leur service.

‹‹ Nous disons cette fois-ci NON. Il est l’heure pour les femmes de se lever et travailler d’abord sur leur autonomisation, tel que nous le prenons au sein du Consortium de Réseaux des Femmes Congolaises, afin d’être autonomes surtout sur le plan financier, car une femme autonome saura monter et financer ses projets, et, celle-ci pourra créer son parti politique et l’animer sans discrimination ››

A-t-elle martelé

Patricia Maisha Ishingwa en appelle à l’appui du gouvernement aux initiatives locales des femmes afin que celles-ci soient réellement autonomes et sachent elles-mêmes se positionner à des instances de prise de décisions.

Patricia Maisha affirme que ‹‹ les hommes sont au bout, car ce sont eux qui gèrent le pays depuis 1960, et depuis lors les choses s’empirent ››. Pour elle le pays ne décolle pas mais bizarrement ce sont les mêmes hommes qui reviennent aux commandes du pays. Elle leur demande de « bouger un peu », pas pour céder la place mais pour laisser les femmes travailler à côté d’eux pour voir ce que sera leur apport .

‹‹ Je comprends pourquoi ils ont bafoué les élections locales, car ils savent que avec les élections locales, les femmes seront majoritaires au pouvoir car nous sommes majoritaires numériquement. Et ils ont décidé de laisser le cycle électoral à moitié et donc nous demandons au chef de l’État de commencer les prochaines élections par les locales car la base doit impacter le sommet. Nous devons renverser la pyramide et c’est là que l’on va sentir la force de la femme ››

A-t-elle souligné.

Elle conclut en disant qu’une femme qui sait gérer un ménage, scolariser ses enfants avec le commerce de pains, et tenir son foyer avec le maigre salaire de son mari, la gestion de la Cité ne sera pas « un miracle » pour elle.

Dave Ngonde

Lire aussi

Laisser un commentaire

Affiche #Respecte Moi
Affiche #Respecte Moi
Affiche COVID Gestes Barrières