#Memepaspeur, le #Mee Too du Cinéma Africain pour dénoncer les abus sexuels

#Memepaspeur, le #Mee Too du Cinéma Africain pour dénoncer les abus sexuels

Le mouvement #MêmePasPeur a été lancé depuis la clôture du Festival panafricain du cinéma et de la Télévision de Ouagadougou par les actrices du Continent Africain qui prennent la parole pour dénoncer les abus sexuels dans le milieu du cinéma.

Une situation qui touche aussi bien les actrices que les réalisatrices et les techniciennes. A l’origine de ces révélations : deux actrices, la Française Nadège Beausson-Diagne et la Burkinabé Azata Soro.
Toutes deux ont accusé des cinéastes africains de harcèlement sexuel et d’agressions.

Nadège Beausson-Diagne aura attendu dix-huit ans avant de réussir à s’exprimer. Elle a finalement réussi à briser le silence lors d’une table ronde sur « La place des femmes dans l’industrie du cinéma africain et de la diaspora », organisée le 27 février dernier au Marché international du cinéma et de la télévision africains (Mica).

L’actrice raconte comment un réalisateur africain l’a harcelé, puis tenté de la violer. « Il m’a isolé de l’équipe technique, a interdit à tout le monde de me parler, a coupé certaines de mes scènes au montage, et a même menacé de bloquer mes billets d’avion… Je le soupçonne même d’avoir cherché à m’intoxiquer. Et ce réalisateur, qui n’a jamais été inquiété, est actuellement présent au festival » confie-t-elle devant la presse.

Azata Soro, deuxième assistante du réalisateur burkinabé Tahirou Tasséré Ouédraogo, s’est ensuite exprimée sur les violences qu’elle a subies.

Les faits se sont produits lors du tournage de la série Le Trône. Après un différend, le réalisateur l’a insultée, frappée puis a cassé une bouteille de bière avant de taillader son visage. Une longue cicatrice de plusieurs centimètres reste encore aujourd’hui visible sur la joue d’Azata Soro.

Au Fespaco, les actrices et cinéastes africaines brisent le silence pour dénoncer les abus sexuels.

Une pétition en ligne a été lancée pour exclure de la compétition la série « Le Trône » du cinéaste burkinabè Tahirou Tasséré Ouedraogo, qui, lors du tournage en 2017, a lacéré le visage d’Azata Soro avec un tesson de bouteille.

Christian Mayimona

Laisser un commentaire