Kinshasa : Dépôt mémorandum par des artistes et opérateurs culturels au chef de l’état

Kinshasa : Dépôt mémorandum par des artistes et opérateurs culturels au chef de l’état

Ils étaient dans la rue ce mercredi 20 Mars 2019. Les artistes et opérateurs culturels réunis, ont déposé un deuxième mémorandum auprès du président de la République Démocratique du Congo.

Ils déplorent le fait que les problèmes qui rongent le secteur culturel n’aient pas été inscrit au programme d’urgence de 100 jours du chef de l’Etat.

A cet effet, le collectif des arts et culture, CAC en sigle, a initié cette marche pour soumettre au président de la République les mesures urgentes à prendre dans le secteur culturel en vue de l’amélioration de leurs conditions de travail.

La marche a débutée sur la place royal dans la commune de la Gombe, de là les artistes peintres, sculpteurs, stylistes, désigner, éditeurs,comédiens,chanteurs,danseurs,
coiffeurs, écrivains, graphistes et opérateurs culturels se sont dirigés à la cité de l’union africaine au bureau du premier citoyen de la République.

5 points sont inscrits dans ce mémorandum, il s’agit de

  1. l’inscription de la rumba comme patrimoine culturel immatériel avant le 29 mars 2019,
  2. suppression de l’autorisation de sortie imposée aux artistes jugé sans fondement,
  3. la suppression des frais exigés par la censure avant même la mise à l’exécution publique de leur produit,
  4. la mise en place d’une commission mixte d’experts qui comprendra la présidence, le gouvernement, acteurs culturels et partenaires au développement qui aura pour mission de proposer des réglementations sur le statut juridique de l’artiste et des industrielles créatives,
  5. enfin la révision de la politique de financement de projets artistiques par les fonds de la promotion culturelle, FPC en sigle.

Le premier mémorandum déposé il y’a peu par les culturels, réclamait la nomination d’un operateur culturel ou d’un artistes à la tete du ministere de la culture. Avec le dépôt de ce deuxième mémorandum, ils espèrent donc trouver gain de cause à leurs desideratas.

Bénédicte Kamoni

Laisser un commentaire