Kinshasa : Clôture des activités marquant la journée internationale de la sages-femmes

Kinshasa : Clôture des activités marquant la journée internationale de la sages-femmes

En marge de la célébration de la journée internationale de sages-femmes, plusieurs activités ont été organisées à travers la ville de Kinshasa par l’association des sages-femmes.

Parmi ces activités il y a eu notamment la marche de santé où ses donneurs de vie ont sensibilisé la population sur leur travail, la sensibilisation sur l’offre des services gratuits sur la planification familiale dans trois sites que sont le Camp colonel Tshatshi, l’Institut Facultaire des sciences de l’information et de la communication et le quartier Pakadjuma à Kingabwa, enfin une formation  des enseignants sages-femmes.

Toutes ces activités ont été clôturées ce jeudi 09 mai au Camp colonel Tshatshi dans la commune de Ngaliema sous le haut patronage de la première dame Denise Nyakeru Tshisekedi.

Au cours de cette cérémonie, le président de la société congolaise de la pratique sages-femmes du Congo, Ambroccka Kabeya a présenté les problèmes qu’ils rencontrent.

Le représentant résident de l’UNFPA, Dr Sennen Hounton, a rassuré les sages-femmes de l’accompagnement du Fonds des nations unies pour la population dans ce travail.

Présente à cette cérémonie, la première dame a souligné que le travail des sage-femmes est très important dans la société, car ils aident les femmes à donner la vie. « Ces hommes et femmes font un grand travail. Ils surveillent, soignent et conseillent les futures mères pendant la grossesse, jusqu’à l’accouchement », a-t-elle dit.

Denise Nyakeru Tshisekedi a relevé que les conditions de la sage-femme ont des implications sur les causes de la mortalité maternelle et infantile enregistré en RDC.

«7000 nouveaux nés meurent chaque année et 3 femmes meurent chaque heure en donnant la vie. Face à cette fatalité, nous devons agir maintenant pour l’arrêter et il est important d’aboutir à une réglementation efficace et efficiente de la profession de la sage-femme en RDC,mais aussi le droit de la femme en matière de la santé sexuelle et reproductive », constate et  propose la première dame.

Christelle Labu

Laisser un commentaire